F1 : la pole position pour Max Verstappen devant Lewis Hamilton au GP d'Abu Dhabi

La séance de qualification, samedi, a souri à Max Verstappen, auteur d'un tour dans l'aspiration de son coéquipier Sergio Perez, pour s'emparer de la pole position devant Lewis Hamilton, pour le dernier Grand Prix décisif dans la course au titre mondial.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Néerlandais Max Verstappen, en lice pour le titre de champion du monde lors des qualifications du dernier Grand Prix de la saison à Abu Dhabi, le 11 décembre 2021. (ANDREJ ISAKOVIC / AFP)

Sensationnel Max Verstappen ! Comme la semaine précédente en Arabie saoudite, la séance de qualification a été rythmée jusqu'à la dernière seconde, samedi 11 décembre. Mais cette fois, le Néerlandais n'a pas fini dans le mur mais en tête, meilleur temps de la séance de qualification avec un tour canon.

Pour cela, l'écurie Red Bull a sacrifié Sergio Pérez, qui a servi à donner l'aspiration à son coéquipier pour faire tomber les chronos. Derrière, Lewis Hamilton (Mercedes) a tout tenté, mais doit s'incliner. Il partira en deuxième position. Attention toutefois, une erreur de Verstappen en cours de séance a rebattu la stratégie pour la course dimanche, décisive pour le titre pilotes.

Le collectif a sauvé Verstappen

On a cru que tout ou presque s'était joué lors de la deuxième partie de la séance de qualification quand "Mad Max" s'est manqué au freinage lors de sa deuxième tentative, abîmant sérieusement son pneu avant. Contraint de devoir laisser sa dernière gomme medium pour troquer des pneus tendres (plus rapides mais à la durabilité plus limitée) qu'il aura au départ, Verstappen semblait avoir montré une première faille dans la lutte pour le titre. C'était sans compter sur les stratèges de l'écurie Red Bull.

Qui a dit que la F1 n'était pas un sport collectif ? Alors que Lewis Hamilton dominait jusqu'alors la hiérarchie – suivant la logique du début de week-end -, Red Bull a sorti de sa manche un atout que l'on n'avait pas vu venir. La formation autrichienne a utilisé Sergio Pérez comme lièvre pour lui donner de l'aspiration. Mission réussie. "On a été un peu chanceux" a consenti le pilote mexicain au micro de Canal +. Coup de chance ou coup de génie, ce travail d'équipe a permis à Max Verstappen de frapper très fort et de reléguer Hamilton à près de quatre dixièmes.

Les deux prétendants au titre, ex aequo au classement pilotes avant le départ, s'élanceront donc côte à côte, avec des pneus théoriquement plus propices à un envol surpuissant pour le Néerlandais. Tout sauf un détail, alors que le poleman s'est imposé lors des six dernières éditions à Abu Dhabi.

Lewis Hamilton n'a pu que s'avouer battu, assurant à la sortie de son baquet ne pas avoir pu "répondre" au tour de son adversaire. Le Britannique ne pourra pas être aidé qui plus est par son voisin de stand, Valtteri Bottas ne signant qu'un décevant sixième temps pour son dernier Grand Prix avec Mercedes. Le Finlandais est devancé par Lando Norris, surprenant troisième avec sa McLaren, Sergio Pérez, qui partira quatrième dans les échappements de Lewis Hamilton, et Carlos Sainz (Ferrari), cinquième.

Derrière, le meilleur Français au départ est, une fois n'est pas coutume, Esteban Ocon, neuvième au volant de son Alpine. Pierre Gasly n'a pu faire mieux que la 12e place, battu pour la première fois de la saison en qualification par son coéquipier chez Alpha Tauri, Yuki Tsunoda (8e).

Le départ dimanche s'annonçait d'ores et déjà bouillant. Entre première ligne de rêve, choix stratégiques opposés et tension à son paroxysme, il est désormais suffocant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Max Verstappen

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.