MotoGP : Fabio Quartararo et Johann Zarco limitent la casse au Qatar, Enea Bastianini remporte la première course de la saison

Le champion du monde en titre français Fabio Quartararo a terminé à la 9e place du Grand Prix du Qatar, disputé sur le circuit de Losail dimanche. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Fabio Quartararo (Yamaha) lors des essais du Grand Prix du Qatar, le 4 mars 2022 sur le circuit de Losail (GIGI SOLDANO / STUDIO MILAGRO / DPPI via AFP)

Pas de miracle pour Fabio Quartararo, dimanche 6 mars. Le champion du monde 2021 a été autant à la peine que depuis le début du week-end sur le circuit de Losail, au Qatar, pénalisé par le déficit de vitesse de pointe de sa Yamaha. "El Diablo" a terminé au neuvième rang, juste derrière son compatriote Johann Zarco (Pramac Ducati), auteur d'une remontée solide. Le duo a toutefois terminé assez loin de la tête et d'Enea Bastianini, vainqueur de sa première course en carrière sur la Ducati de l'écurie Gresini. Brad Binder (KTM) et Pol Espargaro (Honda) complètent le podium.

Ce premier Grand Prix de la saison 2022 aura connu son lot de surprises. Pas de bonnes, malheureusement pour le clan français, même si l'après-midi aurait pu être bien pire pour Fabio Quartararo. Le champion du monde, parti 11e sur la grille, a effectué une course sage, de gré, ou de force. Sans les chevaux nécessaires pour tenir la distance sur les longues lignes droites de Losail (jusqu'à 13km/h d'écart en vitesse maximum avec l'Aprilia d'Aleix Espargaro), le Niçois a fait ce qu'il fallait pour ne pas perdre plus gros encore. Johann Zarco l'a dépassé sur la ligne pour prendre la huitième place, un bon résultat après un premier tour totalement manqué, au point de retomber au 20e rang.

Par rapport au début de saison 2021 tonitruant des deux hommes et au statut de champion du monde de Quartararo, le résultat reste forcément décevant. "El Diablo" doit désormais espérer que sa Yamaha rattrape vite le retard technique pris sur la concurrence. Si tous les circuits ne pénaliseront pas autant les machines bleues, ce déficit pourrait peser lourd en fin de saison. Johann Zarco regrettera sans doute sa qualification manquée et sa sortie dès la Q1.

Bastianini, quelle histoire !

Autre motif de contentement pour le pilote Pramac, les Ducati sont encore une fois au rendez-vous sur les tracés où les moteurs font la loi. Si le poleman Jorge Martin et Francesco Bagnaia ont gâché leur course en s'envoyant dans le décor au 12e tour, Enea Bastianini a porté haut la Desmosedici italienne. Le pilote de 24 ans a remporté sa première course en MotoGP un peu plus d'un an après avoir été champion de Moto2.

Bastianini est pourtant au guidon de la Ducati de la saison 2021 au sein de l'écurie satellite Gresini. Celle qui avait emmené Bagnaia au rang de vice-champion du monde la saison passée permet à la formation italienne de renouer avec sa glorieuse histoire. Passé cet hiver d'une Aprilia dépassée à cette Ducati surpuissante, Gresini a trouvé de quoi faire oublier des saisons difficiles et le décès de son fondateur, l'ancien pilote Fausto Gresini, emporté par le Covid-19 en février dernier. A 24 ans, Bastianini confirme tout son talent, après avoir géré sa course comme un vieux briscard.

Le Transalpin a fait craquer Pol Espargaro, en tête lors des 19 premiers tours, mais fautif au moment de défendre la première tentative de dépassement de Bastianini. Le pilote Honda sauve au moins le podium, deux places devant son coéquipier Marc Marquez. Le haut du classement est varié comme rarement avec quatre écuries aux quatre premières places, après la deuxième place de Brad Binder sur sa KTM et la quatrième place de l'autre frère Espargaro, Aleix (Aprilia).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Johann Zarco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.