Moto GP - Grand Prix de Saint-Marin : Francesco Bagnaia domine de justesse Fabio Quartararo, qui se rapproche du titre

L'Italien Francesco Bagnaia a enchaîné une deuxième victoire consécutive, dimanche, devant le Français Fabio Quartararo et le transalpin Enea Bastianini.

Article rédigé par
Hugo Lauzy - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Francesco Bagnaia sur le circuit de Misano lors du GP de Saint-Marin, dimanche 19 septembre 2021. (GIGI SOLDANO / GIGI SOLDANO)

Et de deux pour "Pecco" Bagnaia. Après son premier succès la semaine dernière en Aragon dans la catégorie reine, l'Italien a récidivé chez lui sur le circuit de Misano, dimanche 19 septembre. En tête du début à la fin des 27 tours, le pilote Ducati a dominé Fabio Quartararo sur sa Yamaha et son compatriote Enea Bastianini, qui a signé son premier podium en MotoGP. Longtemps distancé, le Français s'est rapproché à moins d'une seconde dans les cinq derniers tours. Insuffisant pour priver l'Italien, deuxième au championnat du monde, de l'emporter. 

À quatre Grands Prix de la fin, "El Diablo" possède 48 points d'avance sur l'Italien et se rappproche du titre à vitesse grand V. Même s'il ne pourra pas être déclaré champion à Austin, dans deux semaines, Fabio Quartararo semble désormais intouchable face à une concurrence maintenue à bonne distance.

Fabio Quartararo passe à deux doigts de l'exploit 

Au milieu de quatre Ducati sur la grille de départ, le Français Fabio Quartararo (Yamaha) a pris l'avantage dès la première courbe sur l'Australien Jack Miller en passant de la troisième à la deuxième place. L'espace de quelques secondes seulement, avant que les Ducati ne repassent devant et n'impriment un rythme plus que soutenu. Avec un avantage déterminant sur les phases d'accélération pour la Ducati, Francesco Bagnaia a rapidement creusé l'écart sur ses concurrents dans le premier tiers de course.

Sous la menace des frères Marquez et de l'armada espagnole à ses trousses, le Français a alors opté pour la patience avant de passer à l'attaque. Une tactique payante puisque sa première tentative faisait mouche sur l'Australien Jack Miller à quatorze tours de la fin. Toujours aussi fougueux, Quartararo a continué sa remontée fantastique pour revenir dans le sillage de l'Italien Francesco Bagnaia. Une lutte intense pour la victoire jusqu'au dernier tour, sans que le Niçois de 22 ans ne trouve toutefois la faille. Derrière, l'inattendu Enea Bastianini a profité de la situation pour revenir et sortir la deuxième Ducati officielle du podium. 

Une gestion "offensive" du pilote Yamaha alors que rien ne l'obligeait à attaquer autant. "Au début c'était vraiment difficile, les Ducati  ont fait un vrai travail d'équipe. [...] Mais dès que j'étais deuxième, j'ai donné tout ce que j'avais, j'ai failli tomber plusieurs fois", a réagi le Français au micro de Canal+ après la course. "Ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui je n'ai pas pensé du tout au championnat, j'ai surtout pensé à gagner cette course. [...] Mais c'est le résultat pratiquement parfait. Il reste quatre courses, cent points, on a 48 points d'avance. On est pas mal...", a-t-il poursuivi.

Une victoire lui aurait toutefois permis de jouer le titre à Austin (3 octobre), mais ce n'est que parti remise sur des Grands Prix aux tracés qui lui sont plutôt favorables (Algarve, Valence...). Parti cinquième, l'autre Français Johann Zarco (Ducati Pramac) a raté son départ et a rapidement rétrogradé pour terminer à une décevante douzième place.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Johann Zarco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.