F1 : Sergio Pérez s'impose à Monaco au terme d'un Grand Prix perturbé par la pluie, Charles Leclerc quatrième

Le pilote Red Bull a remporté une course chaotique dans les rues de la principauté, et s'est offert la troisième victoire de sa carrière, dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Sergio Perez au volant de sa Red Bull dans les rues de Monaco, le 29 mai 2022. (DANIEL COLE / AP / SIPA)

Beaucoup de pluie, des drapeaux rouges, des rebondissements, et à la fin, un grand bonheur pour Sergio Pérez. Le Mexicain a décroché une victoire de prestige dans les rues de Monaco, dimanche 29 mai, au terme d'un Grand Prix très mouvementé. Retardée d'une heure à cause d'une violente averse qui s'est abattue sur la principauté, la course a finalement débuté sur une piste mouillée.

Tout s'est joué dans les stands avec les différentes stratégies d'arrêt. Un petit jeu qui a souri au pilote Red Bull, grand vainqueur du jour. Sergio Pérez devance Carlos Sainz (Ferrari) et son coéquipier Max Verstappen à la fin du chronomètre, puisque la course s'est terminée au temps, au bout de trois heures d'épreuve. Charles Leclerc, parti en pole position, finit à la quatrième place à la suite d'une grossière erreur de stratégie de son équipe.

On reprochait à Monaco ses courses ennuyeuses ces dernières saisons. Cette année, le tracé monégasque a offert un condensé de péripéties et d'émotions aux amoureux du sport automobile. Avec de l'attente, d'abord, lorsque le début de la course a été retardé d'une heure à cause de la pluie, avant que le départ ne soit exceptionnellement donné de façon lancée.

Red Bull chante sous la pluie

Une situation peu ordinaire qui a profité aux monoplaces Red Bull, lorsque la course s'est encore plus emballée à partir du 15e tour, au jeu des arrêts aux stands. Sergio Pérez, troisième au départ, a plongé le premier pour changer ses pneus (des full wet aux intermédiaires, plus adaptés à une piste qui séche), et a réussi à dépasser les deux pilotes Ferrari, rentrés trop tard dans leurs stands. L'écurie italienne a répliqué en chaussant la première les pneus durs sur une piste séchante, à peine quelques tours plus tard. Mais, la Scuderia a été rattrapée par ses errements stratégiques. Un imbroglio entre Charles Leclerc et son ingénieur a provoqué un embouteillage dans les stands rouges (et une colère noire du pilote). Red Bull en a profité pour faire sortir Sergio Perez une nouvelle fois en tête.

Le Mexicain n'a plus lâché les commandes, malgré une deuxième interruption de la course provoquée par la violente sortie de piste de Mick Schumacher (Haas) au 27e tour. L'accident du pilote allemand a d'ailleurs précipité le Grand Prix dans une fin de course peu classique, puisqu'il s'est terminé au chronomètre, au bout de trois heures d'épreuve, comme le prévoit le règlement de la FIA depuis cette saison. Sergio Pérez a ainsi résisté à la pression folle mise par ses trois poursuivants, Sainz, Verstappen, et Leclerc, dans les ultimes minutes, alors qu'il était à la peine sur des pneus usés. À 32 ans, il décroche la troisième victoire de sa carrière, sans doute la plus prestigieuse, dans les rues mythiques de Monaco.

Leclerc maudit à Monaco

Des rues qui n'ont pas pu fêter leur héros local, Charles Leclerc. Une fois de plus, le pilote monégasque, grand perdant du jour, a joué de malchance dans les rues de sa ville d'enfance. Parti en pole, le pilote Ferrari a tout perdu, plombé par la mauvaise stratégie de son équipe. Une contre-performance d'autant plus douloureuse qu'il voit son coéquipier Carlos Sainz se hisser sur la deuxième place du podium, et son rival Max Verstappen prendre le large au classement du championnat (125 points contre 110). Le fait d'avoir terminé le Grand Prix de Monaco pour la première fois de sa carrière en Formule 1, après deux abandons et un départ non-pris, ne sera qu'une maigre consolation.

La course n'a pas non plus été heureuse pour les Français, qui terminent aux portes des points. Pierre Gasly (11e) a passé la majeure partie de sa course bloqué derrière Sebastian Vettel, tandis qu'Esteban Ocon a été pénalisé pour un accrochage lors d'un dépassement de Lewis Hamilton en début de course. Ils auront l'occasion de se relancer dans deux semaines sur un autre circuit urbain, à Bakou, lors de la huitième course de la saison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formule 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.