Dakar : Giniel De Villiers (Toyota) retrouve des couleurs en s'imposant sur la 5e étape, Peterhansel (Mini) accentue son avance au général

Nouvelle victoire pour Toyota sur cette édition du Dakar. Le Sud-Africain Giniel De Villiers s’est imposé sur la cinquième étape entre Riyadh et Al Qaisumah en Arabie Saoudite. Il a devancé son compatriote Brian Baragwanath (Century, +0’58”) et le Français Stéphane Peterhansel (Mini, +2’25”) qui accentue son avance au général sur Nasser Al-Attiyah (Toyota), 4e (+4'38") ce jeudi. Carlos Sainz (Mini, +15’19”) a réalisé une nouvelle contre-performance et voit la défense de son titre se compliquer de plus en plus.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (JULIEN DELFOSSE / DPPI MEDIA)

Une Toyota peut en cacher une autre. Après les quatre victoires de Nasser Al-Attiyah, c’est au tour d’un autre pilote de la firme japonaise de triompher sur ce Dakar. Le Sud-Africain Giniel De Villiers, ancien vainqueur de l’épreuve mais discret cette année, a mené de bout en bout les 436 km de la spéciale, faite de dunes et passage caillouteux, pour s’imposer à Al Qaisumah, non loin de la frontière avec le Koweït. Il a devancé son compatriote et ancien pilote de quad Brian Baragwanath (Century, +0’58”) et l'inoxydable Stéphane Peterhansel (Mini, +2’25”).

"Depuis le début, ça n’allait pas dans notre sens, mais là nous avons eu un déclic. Certains secteurs ce matin étaient très difficiles en navigation mais nous ne nous sommes pas trompés trop sérieusement. Il a fallu composer avec une crevaison lente. Les dunes étaient très difficiles aussi. C’était probablement mieux de rouler plus lentement ce matin pour être surs à 100 % de garder le bon cap, parce que c’était très facile de se perdre. Nous avons réussi à faire du boulot, c’était une étape très propre. J’espère que nous ferons d’autres étapes comme celle-là", s'est satisfait le vainqueur de l'étape du jour.

Toujours privé de victoires d'étapes sur cette édition du célèbre rallye-raid, “Monsieur Dakar” prend l’avantage dans son duel avec Nasser Al-Attiyah (Toyota). Le Franc-comtois a grapillé plus de deux minutes sur le pilote qatari ce jeudi et compte désormais 6’11” d’avance au général alors que le titre devrait se jouer entre les deux quinquagénaires, puisque le troisième, Carlos Sainz, est renvoyé à plus de 48 minutes. À l’image de Ricky Brabec en moto, l'Espagnol (Mini, +15’19”) voit le doublé un petit peu plus s’éloigner. Comme depuis trois jours, l’ancien champion du monde des rallyes a été en difficulté pour trouver la bonne route mais a minimisé les dégâts à la faveur d’une fin de spéciale en boulet de canon.  

Pas de triomphalisme pour "Peter", qui estime que rien n'est encore joué pour la victoire finale : "On va déjà essayer de garder la première place, mais je crois que la deuxième semaine sera encore très compliquée en navigation. Et pour rester au même niveau que Nasser, il faut rouler très vite. Il faut qu’on s’emploie, ce n’est pas simple."

 

Les rallymen dans le dur

Cette étape risque de rester comme une épine dans le pied de Sébastien Loeb (BRX) au classement général. Le pilote Alsacien, pénalisé hier de cinq minutes par les commissaires de la course, a perdu beaucoup plus gros aujourd’hui. Après avoir rapidement accusé une demi-heure de retard dans les premiers kilomètres de la spéciale chronométrée, le nonuple champion du monde des rallyes a finalement lâché 50 minutes à l’arrivée. Il pointe désormais à 1h40 du leader.

Auteur de deux brillants podiums et pointant à la quatrième place du général au départ ce matin, le Sud-Africain Henk Lategan (Toyota), coéquipier d'Al-Attiyah, a vécu une journée bien différente ce jeudi. Pour sa première participation, le pilote de 26 ans ne verra pas l’arrivée, contraint à l’abandon à cause d’une fracture de la clavicule provoquée par un accident en début de spéciale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auto-Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.