Cet article date de plus d'un an.

Dakar 2020 : Carlos Sainz s'impose à nouveau lors de la 5e étape

Les dunes saoudiennes ont fait leur entrée dans ce Dakar 2020. Dans cette spéciale de 353 km reliant Al-Ula à Hail, les concurrents ont pu vivre leurs premiers ensablements. Et dans ce type de parcours, la moindre erreur peut être fatale. En patron, Carlos Sainz remporte la 5e étape, devant Nasser Al-Attiyah (+2'56) et Stéphane Peterhansel (+6'11). Deuxième victoire en 3 jours de course, un réel bonus pour le pilote espagnol qui prend le large au classement général.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Le patron aux commandes

Le double champion du monde de rallye a été clair concernant ses ambitions pour le Dakar 2020. Nouvelle décennie, nouveau chapitre, mais même objectif : le gagner. Déjà deux fois vainqueur en auto (2010 et 2018), Carlos Sainz a donné le ton avant de partir en Arabie Saoudite : "Je me vois gagner à 100% le Dakar, sinon je n'irais pas." Et les admirateurs du pilote Mini n'ont pas été déçus. L'Espagnol a d'abord ouvert les hostilités en remportant la 3e étape faisant une boucle autour de Neom, lui permettant alors de prendre les commandes du classement général. Ce jeudi, le pilote de 57 ans est tranquillement parti 3e. Un avantage bien pratique puisqu'il permet de suivre les traces laissées par ses prédécesseurs, en l'occurrence Stéphane Peterhansel et Nasser Al-Attiyah. Complètement largué au km 51 avec un écart de 02'36 qui le positionne en 16e position, Sainz reprend vite ses esprits. A mi-chemin, il n'est plus qu'à 1'03 du leader. Le tournant de la course intervient au km 250 : le pilote Mini signe le meilleur temps et conserve son avance jusqu'à l'arrivée. Il termine la 5e étape en 3h 52 et 01 sec avec la manière puisqu'il devance le Qatari Al-Attiyah de quasiment 3 minutes.

Peterhansel sur le podium dans la douleur

Monsieur Dakar n'a pas vraiment brillé pour cette première étape dans les dunes saoudiennes. Mais Stéphane Peterhansel peut défendre son cas au vu de sa position. Partir premier n'est jamais bénéfique. Encore moins lorsque le sable fin entre en matière. En retard de 01'02 dès le km 51, le pilote Mini a directement compris qu'il serait bien compliqué de s'imposer. Le Français frôle même la catastrophe entre le km 152 et 250, où il perd jusqu'à 6 minutes et se trouve relégué à la 8e place. Heureusement pour lui, Orlando Terranova et Jakub Przygonski perdent beaucoup de temps en dernière partie de spéciale. Une "chance" qui lui permet de recoller le groupe de tête en réalisant le 3e meilleur temps. Le recordman absolu de victoires au Dakar franchit la ligne d'arrivée avec une 3e place raisonnable mais un écart de 6'11 qui est important pour le classement général.

Alonso toujours dans le coup

Une chose est sûre, mieux vaut ne pas sous estimer cet homme. Pour son premier Dakar, Fernando Alonso le prend très à cœur. Malgré une 2e étape cauchemardesque où une roue arrachée avait joué les trouble-fêtes, l'ancien pilote de Formule 1 montre une certaine régularité depuis le début. Bien loin des favoris évidemment, le "Rookie" peut tout de même se féliciter. Alors qu'il est 16e au km 152, le pilote Toyota reprend de précieuses minutes sur ses concurrents pour finalement s'offrir une belle 7e place au terme de la spéciale. Au classement général, Fernando Alonso et son copilote Marc Coma sont provisoirement 14e, un résultat raisonnable pour une première sur l'un des rallyes les plus difficiles du monde. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auto-Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.