Cet article date de plus de trois ans.

Dakar 2018: "pas possible" d'imaginer retourner en Afrique, selon les organisateurs

Les organisateurs du Dakar, dont l'édition 2018 partira le 6 janvier de Lima, ont exclu mercredi un retour en Afrique "pour le moment" de la bouche d'Etienne Lavigne, le directeur de l'épreuve en visite au Pérou.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le directeur du Dakar Etienne Lavigne

"Je pense que ce n'est pas possible d'imaginer retourner travailler là-bas (en Afrique), ce n'est pas l'idée pour le moment", a-t-il déclaré depuis la capitale péruvienne où il règle les derniers détails avec les autorités. "En Afrique, c'est très compliqué avec la sécurité, la guerre civile, le terrorisme, c'est dommage mais c'est comme ça", a-t-il poursuivi devant les médias étrangers.

Le célèbre rallye-raid s'apprête à fêter sa quarantième édition en janvier. Mais dans les faits, il n'y en a eu que 39 car celle de 2008, la dernière programmée en Afrique, a été annulée la veille du départ en raison de craintes liées à la sécurité en Mauritanie. C'est à partir de l'édition suivante, en 2009, que le Dakar a été organisé en Amérique du sud.

Le Dakar-2018 retrouvera le Pérou cinq années après son dernier passage en 2013. Cette année-là, Lima avait accueilli le départ. L'édition à venir marquera la "première" montée "vers le lac Titicaca (3.800 mètres d'altitude) par le Pérou", a rajouté Etienne Lavigne. Le pays a investi 6 millions de dollars (près de 5,17 M EUR) pour accueillir l'épreuve.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auto-Moto

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.