Cet article date de plus de huit ans.

Pistorius : "Elle est morte dans mes bras"

L'athlète handisport, inculpé du meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp, a expliqué sous serment qu'il pensait avoir tiré sur un cambrioleur. Francetv info revient sur sa version des faits.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Oscar Pistorius lors de sa comparution devant le tribunal de Pretoria (Afrique du Sud), le 19 février 2013. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

C'est la première fois depuis le drame qu'il s'exprime. Accusé de meurtre avec préméditationOscar Pistorius a nié, mardi 19 février, avoir eu l'intention de tuer sa petite amie Reeva Steenkamp, le 14 février à Pretoria (Afrique du Sud). Trop éprouvé pour s'exprimer, éclatant parfois en sanglots, le champion paralympique a cédé la parole à son avocat, qui a lu une déposition sur l'honneur à l'audience chargée de statuer sur une demande de libération sous caution. Alors que l'audience doit reprendre mercredi matin, francetv info revient sur sa version des faits.

Les faits : "J'ai ressenti une peur terrible"

"Il faisait nuit noire, a expliqué Oscar Pistorius. J'ai ressenti une peur terrible, croyant que quelqu'un était dans les toilettes. Comme je n'avais pas mes prothèses, je me suis senti très vulnérable (...) J'ai tiré sur la porte des toilettes et crié." Le sportif a expliqué la présence d'un pistolet de 9 mm sous son lit par le fait qu'il avait reçu des menaces de mort.

Il a ajouté avoir tiré à plusieurs reprises, après des mises en garde, contre la porte des toilettes, en pensant qu'un intrus avait réussi à pénétrer chez lui par la fenêtre de la salle de bains. Disant s'être ensuite rendu compte que sa compagne n'était pas dans le lit, il a utilisé la batte de cricket pour enfoncer la porte des toilettes. "Reeva était vivante, j'ai appelé les secours, je l'ai soulevée et amenée en bas. J'ai essayé de la ranimer mais elle est morte dans mes bras."

Le contexte : "Nous étions très amoureux"

L'athlète handisport, qui s'est dit "mortifié par la mort de sa bien-aimée Reeva", a affirmé qu'il était "profondément amoureux" d'elle et n'a eu aucune intention de la tuer, "encore moins avec préméditation""Nous étions très amoureux. Nous ne pouvions pas être plus heureux", a-t-il assuré. Le 13 février, "Reeva avait téléphoné et proposé d'avoir un dîner tranquille. A 22 heures, nous étions dans notre chambre, elle faisait du yoga et j'étais au lit en train de regarder la télévision sans mes prothèses. Elle m'avait fait un cadeau mais tout en disant que je ne pourrai l'ouvrir que le lendemain", jour de la Saint-Valentin.

Il réfute la thèse d'une dispute conjugale qui aurait mal tournéC'est la thèse du journal britannique Daily Mirror, qui écrit que la mannequin était aussi proche du rugbyman François Hougaard. Par ailleurs, des témoignages de voisins indiquent que le couple Pistorius-Steenkamp se disputait souvent. 

La suite : "J'ai confiance en la justice sud-africaine"

Oscar Pistorius comparaissait pour demander une remise en liberté sous caution. Assurant n'avoir aucune intention d'influencer les témoins, il a tenté de convaincre la justice en rappelant que son casier judiciaire était vierge et qu'il n'avait pas cherché à s'enfuir après les faits, comme le rapporte un journaliste de la BBC sur Twitter. "J'ai confiance en la justice sud-africaine et les faits prouveront que je n'ai pas assassiné Reeva", a-t-il conclu, avant que le juge ne décide de le laisser en détention.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Oscar Pistorius

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.