Le juge retient la préméditation contre Pistorius

Le champion handisport sud-africain comparaît devant le tribunal de Pretoria pour le meurtre de sa petite amie.

L\'athlète Oscar Pistorius lors de son inculpation pour meurtre, au tribunal de Pretoria, en Afrique du Sud, le 15 février 2013.
L'athlète Oscar Pistorius lors de son inculpation pour meurtre, au tribunal de Pretoria, en Afrique du Sud, le 15 février 2013. (ANTOINE DE RAS / AFP)

Le juge a retenu la qualification la plus grave contre Oscar Pistorius, "meurtre avec préméditation", alors que l'athlète handisport comparaît mardi 19 février pour le meurtre de sa compagne Reeva Steenkamp. Le sportif, qui a été entendu par le tribunal de Pretoria (Afrique-du-Sud), continue lui de plaider l'accident et d'affirmer qu'il a pris sa petite amie pour un cambrioleur, dans la nuit du 13 au 14 février.

Le juge suit ainsi l'avis du parquet qui a estimé peu avant que "Oscar Pistorius [avait] tiré sur une femme innocente, quatre fois, et l'a[vait] tuée". Peu après les déclarations du parquet, l'athlète avait fondu en larme, rapporte l'envoyé spécial de France 2 sur place sur son compte Twitter.

Ses chances d'être libéré sous caution sont "quasi-nulles"

L'athlète paralympique a demandé une libération sous caution mais les chances qu'elle soit acceptée "sont désormais quasi nulles", selon l'envoyé spécial de France 2. "Ses avocats vont devoir avancer des "circonstances atténuantes exceptionnelles" selon le droit sud-africain, a ajouté le journaliste.

Le procureur avait détaillé les éléments justifiant, selon lui, que Pistorius ne soit pas remis en liberté sous caution. "La victime a été touchée trois fois alors qu'elle était aux toilettes" et "la porte des toilettes a été défoncée depuis l'extérieur. Nous pensons que la porte était fermée à clé", a détaillé Gerrie Nel, soulignant qu'"il n'y avait que deux personnes dans la maison cette nuit-là". L'accusé "a mis ses prothèses, marché sept mètres et fait feu", a-t-il ajouté.