Cet article date de plus de huit ans.

Oscar Pistorius, le coureur aux lames de carbone, inculpé de meurtre

Premier athlète double amputé à participer à une course olympique parmi les valides, il avait été l'un des héros des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Le champion sud-africain a été arrêté jeudi à son domicile près de Pretoria après la mort de sa compagne ; il a été inculpé de meurtre.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Fadi Al-Assaad Reuters)

Ses "jambes" de carbone en avaient fait l'un des héros des Jeux Olympiques de Londres en août dernier. Oscar Pistorius, véritable star et icône en Afrique du Sud, était alors devenu le premier athlète handicapé à disputer une compétition parmi les valides. Mais depuis jeudi matin, il est passé dans une autre catégorie, celle des faits divers.

Inculpé pour meurtre

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Oscar Pistorius et sa compagne, le mannequin Reeva Steenkamp, sont seuls dans leur demeure de Silver Woods, un quartier huppé de Pretoria, la capitale sud-africaine. Selon les premiers éléments de l'enquête, plusieurs témoins entendent alors des coups de feu, vers 4 heures du matin, heure locale. Information confirmée par la police, qui précise que "quatre coups de feu ont été tirés [...] elle a été touchée par les quatre tirs" . La compagne de l'athlète, âgée de 30 ans, décèdera sur le coup, touchée à la tête et à la main. L'arme, un pistolet 9 millimètres, était enregistré au nom de l'athlète.

Arrêté au petit matin, Oscar Pistorius doit être présenté au tribunal d'instance de Pretoria vendredi.

Un couple glamour, mais...

Oscar Pistorius, surnommé le "Blade Runner", et sa compagne Reeva Steenkamp avaient l'habitude de poser en couverture des magazines, et faisaient souvent le bonheur des paparazzis sud-africains. Leur relation semblait sans accroc, le couple s'épanchait souvent sur le réseau social Twitter pour exposer son bonheur. L'agent de la top-model, Sarita Tomlinson affirme même : "c'était vraiment un couple [...] Personne ne sait ce qui s'est passé" .

Cependant, la police sud-africaine a mis quelques bémols à ce bonheur apparent. Elle a notamment été informée de précédentes "disputes familiales" au domicile de l'athlète. Pour cette raison, les autorités se sont opposées à une libération sous caution.

Oscar Pistorius avait déjà par le passé révélé son penchant pour le tir et les armes à feu. Cette passion pourrait désormais lui coûter très cher.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.