Le marathon de Shanghai reporté en raison de nouveaux cas de Covid en Chine

Ce report survient après ceux des marathons de Pékin et de Wuhan en octobre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Départ des coureurs lors du marathon de Shanghai, le 29 novembre 2020. (STR / AFP)

Le marathon de Shanghai, programmé le 28 novembre, a été reporté, tout comme ceux de Pékin et Wuhan le mois dernier, en raison d'un regain, limité, de l'épidémie de Covid-19 en Chine, ont annoncé mercredi 10 novembre ses organisateurs.

Le nombre de contaminations dans le pays reste faible - 54 selon les chiffres officiels mercredi -, mais les autorités chinoises suivent une politique de zéro contamination à moins de trois mois de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Pékin (4-20 février). "Nous avons choisi d'être prudents, de privilégier la santé et la sécurité des coureurs et des citoyens", déclarent les organisateurs du marathon de Shanghai sur les réseaux sociaux, en affirmant qu'une nouvelle date sera annoncée ultérieurement.

Le Covid, "défi numéro un"

Les organisateurs des Jeux d'hiver ont déclaré le mois dernier que le Covid-19 était leur "défi numéro un" et les autorités chinoises ont ressorti les grands moyens pour éradiquer ce regain épidémique. Le 1er novembre, le Disneyland de Shanghai a fermé ses portes après la détection d'un cas de Covid chez une ex-visiteuse et des millions de Chinois ont été placés en confinement du fait de ce rebond des contaminations, la plupart dans la grande ville de Lanzhou, à 1 200 km à l'ouest de Pékin.

Les Jeux d'hiver 2022 se dérouleront dans une "bulle" destinée à enrayer tout risque de contamination au reste de la Chine. Les 2 900 athlètes attendus devront soit avoir été entièrement vaccinés, soit se soumettre à une quarantaine stricte de 21 jours à leur arrivée dans le pays. Seuls les spectateurs déjà présents en Chine pourront assister aux épreuves.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Marathon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.