Vidéo Les sportifs sont "peut-être les premiers touchés" par la crise climatique, selon Kevin Mayer

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Xavier Allain - franceinfo
Radio France

Le double champion du monde s'inquiète des conséquences du dérèglement climatique sur le monde du sport, tout en reconnaissant les contradictions internes de ce secteur qui implique d'aller aux quatre coins du monde pour des compétitions.

"On est peut-être les premiers touchés" par la crise climatique, a réagi jeudi 22 septembre le double champion du monde du décathlon Kevin Mayer, au festival Demain le Sport organisé par franceinfo, avec France Télévisions et L'Equipe, à la Maison de la Radio et de la Musique. Pour lui, il va falloir s'adapter.

>> Stades abandonnés, chantiers démesurés, pollution… Paris 2024 va-t-il avoir les mêmes conséquences écologiques que les précédents JO ?

"Faire un 1 500 mètres quand l'air est irrespirable c'est horrible, quand il fait trop chaud c'est horrible", explique-t-il. Cette conscience environnementale est "essentielle" pour lui. "En faisant des résultats, on a un poids, une parole, il serait bête de le gâcher en ne parlant pas de ça", a t-il souligné.

"Faire changer les choses à notre niveau"

"On en prend conscience et on essaye de faire changer les choses à notre niveau, en sachant très bien qu'on ne sera pas ceux qui seront instigateurs des plus gros changements. Mais à titre personnel, j'essaye de faire les choses à ma hauteur", a admis le décathlonien.

Toutefois, Kevin Mayer reconnaît "ne pas prendre énormément la parole" sur le sujet de l'environnement dans la mesure où "il faut être en accord avec soi-même". Or, le quotidien d'un sportif est rythmé par les compétitions aux quatre coins du globe. "Je ne veux pas arrêter d'aller faire des compétitions dans le monde entier", a-t-il admis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.