EN IMAGES. Mondiaux d'athlétisme 2022 : les exploits de la légende Allyson Felix, qui tire sa révérence

Athlète féminine la plus médaillée lors de championnats du monde et de Jeux olympiques, l'Américaine de 36 ans a foulé la piste en compétition pour la dernière fois, vendredi, lors du relais 4x400 mètres mixte.

Un dernier tour de piste avant de raccrocher les pointes. Après dix-neuf années d'une carrière étincelante, la sprinteuse américaine Allyson Felix a fait ses adieux à la compétition à domicile, lors des Mondiaux d'Eugene. Non qualifiée pour les épreuves individuelles, elle a participé dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet à sa dernière finale, celle du relais 4x400 mètres mixte. Une conclusion en beauté, puisque Felix et ses coéquipiers ont remporté la médaille de bronze.

L'athlète à la foulée aérienne a marqué de son empreinte son sport tant par ses performances (sept médailles d'or olympiques, 13 couronnes mondiales) que par son engagement en dehors des pistes. Après la naissance de sa fille fin 2018, l'Américaine a usé de son aura médiatique pour faire avancer la cause des femmes et notamment des athlètes mères de jeunes enfants. Elle compte continuer de porter de tels combats après sa carrière.

17
Pour ses premiers Jeux olympiques, Allyson Felix s'offre l'argent sur le 200 mètres à Athènes, le 25 août 2004. Par la même occasion, la sprinteuse de 18 ans améliore le record du monde de la distance chez les juniors (22"18). Le précédent datait de 1980. Cette marque tiendra plus de quinze ans.  TOSHIFUMI KITAMURA / AFP
27
A seulement 19 ans, Allyson Felix (à gauche) devient la plus jeune championne du monde du 200 mètres de l'histoire à Helsinki (Finlande), le 12 août 2005. Après un départ manqué, elle produit une accélération stupéfiante pour devancer l'Américaine Rachelle Boone-Smith et la Française Christine Arron (à droite). JEFF HAYNES / AFP
37
Le festival Allyson Felix. La sprinteuse fait l'étalage de son talent et de sa polyvalence à Daegu (Corée du Sud) en 2011. Argentée sur 400 mètres et bronzée sur 200, elle s'illustre aussi en équipe. Aux côtés de ses coéquipières, elle décroche le titre sur le 4x400 mètres et le 4x100 mètres. Tout le long de sa carrière, Allyson Felix a été un pilier des relais américains. PETER PARKS / AFP
47
La consécration. Deux fois privée de l'or olympique sur 200 mètres par la Jamaïquaine Veronica Campbell, Allyson Felix prend sa revanche à Londres en 2012. Elle décroche sa première médaille d'or olympique individuelle sur son épreuve fétiche, devançant Shelly-Ann Fraser-Pryce et Carmelita Jeter. Son éternelle rivale termine au pied du podium. OLIVIER MORIN / AFP
57
Pour ses derniers Jeux olympiques, à Tokyo en 2021, Allyson Felix décroche deux nouvelles médailles : le bronze sur 400 mètres et l'or sur le relais 4x400 mètres. Au total, l'Américaine compte sept médailles d'or olympiques, trois d'argent et une de bronze (cinq en individuel, six en relais), ce qui fait d'elle la deuxième athlète la plus médaillée de tous les temps, derrière le Finlandais Paavo Nurmi (12 médailles). JAVIER SORIANO / AFP
67
Allyson Felix donne naissance en novembre 2018 à sa fille Camryn (ici photographiée à Eugene en juin 2021). Au cours d'un accouchement prématuré, l'athlète frôle la mort. Elle s'engage alors pour alerter sur l'alarmant taux de mortalité en couches des femmes noires américaines. Dans le même temps, elle apprend que son sponsor Nike a baissé ses revenus pendant sa grossesse. Elle prend la parole pour dénoncer ces pratiques et obtient de la marque qu'elle renonce aux objectifs de performance sur un an pour toutes ses athlètes enceintes. ASHLEY LANDIS/ SIPA / AP
77
Pour sa dernière course, le relais 4x400 mètres mixte, elle a remporté une ultime médaille de bronze, le 15 juillet 2020. Cette 19e breloque en championnats du monde est fêtée devant son public, à Eugene. L'Américaine compte désormais se consacrer à sa famille, ainsi qu'à ses affaires, avec sa marque de chaussures et vêtements féminins. Elle poursuivra également son engagement pour la défense des droits des femmes. The Yomiuri Shimbun via AFP