Cet article date de plus d'un an.

Doha 2019 : Noah Lyles remporte le 200 m devant André De Grasse et Alex Quinonez

L’éclair est passé. Comme attendu, l’Américain Noah Lyles a remporté ce mardi la finale du 200 m dont il était le grandissime favori. Le Floridien a signé un incroyable chrono de 19''83 pour s’adjuger à 22 ans son premier titre mondial devant le Canadien André De Grasse (19''95) et l’Équatorien Alex Quinonez (19'98). Adam Gemili échoue encore une fois au pied du podium.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.

Comment pouvait-il en être autrement ? Immense favori du 200m après une incroyable saison qui l’a vu remporter 15 des 16 courses qu’il a disputées, Noah Lyles a décroché ce lundi à Doha son premier titre de champion du monde, en dévorant le demi-tour de piste en 19''83, 5e meilleur chrono de l'année. Il a devancé le Canadien André De Grasse et le surprenant équatorien Alex Quinonez

Meilleur performeur mondial de la saison (19’’50 à Lausanne) et quatrième performeur de tous les temps derrière les monstres Usain Bolt, Yoann Blake et Michael Johnson, le Floridien avait prévenu dès les séries, lundi : "Je l'ai dit, je veux tout, les titres et les records. Bien sûr, en premier lieu je veux la médaille d'or. Peu importe le chrono, je serai prêt", avait-il avancé. 

Gemili et Guliyev éjectés

Et Noah Lyles n’a pas déçu. Quasiment seul au monde sur le 200m - qui se disputait sans le maître du sprint Christian Coleman et son compatriote Michael Norman – le natif de Gainesville a pulvérisé ses adversaires, qui avaient déjà pris un sérieux avertissement lors des demi-finales  (19’’86 pour Lyles). Le Turc Ramil Guliyev, champion du monde en titre, n’a pu que constater les dégâts (5e en 20''07), tout comme le britannique Adam Gemili (4e en 20''03), qui a échoué une nouvelle fois au pied du podium après Rio 2016 et Londres 2017. 

C'est finalement le Canadien André De Grasse - vice champion olympique en titre - qui a tenu tête le plus longtemps à Noah Lyles. Les deux sprinteurs étaient très proches l'un de l'autre au 100m, avant que l'Américain ne se détache dans le dernier 50. Déjà très impressionnant cette saison  (19''87 à Lausanne), l’Équatorien Alex Quinonez a quant à lui décroché sa première médaille mondiale en montant sur la troisième marche du podium. 

Mais il en fallait beaucoup plus pour battre le nouveau prodige du sprint mondial, qui à seulement 22 ans, constitue avec Christian Coleman l'avenir de la discipline. "Courir en moins de 19 secondes ? Je pense que c'est possible. De toute façon, si vous n'y croyez pas, je pense que vous n'avez rien à faire dans le sport" a même prévenu Lyles , qui ne s'en cache pas, vise le record du monde d'Usain Bolt (19''19). Il pourrait d'ailleurs se mesurer à nouveau à Coleman sur 100m dès les JO de Tokyo, en 2020. Un sacré duel en perspective ...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnats du monde d'athlétisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.