Euro d'athlétisme : la mue américaine de Cyréna Samba-Mayela, nouvelle championne d'Europe du 100 m haies

La Française s'entraîne depuis l'automne en Floride. Une expatriation payante puisque l'athlète de 23 ans a décroché, samedi à Rome, sa première médaille internationale en extérieur avec le titre européen.
Article rédigé par Anaïs Brosseau - à Rome
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
Cyréna Samba-Mayela célèbre son titre sur 100 m haies aux championnats d'Europe à Rome, le 8 juin 2024. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

L'année des Jeux olympiques, gare à ne pas tout révolutionner. Le conseil est souvent seriné et avait été rappelé lors du rassemblement des Bleus de l'athlétisme à l'automne à Saint-Malo (Ile-et-Vilaine). Qu'importe la recommandation, Cyréna Samba-Mayela avait déjà choisi de s'envoler vers le soleil de la Floride (Etats-Unis).

Moins d'un an plus tard, le choix de la spécialiste du 100 mètres haies s'avère payant puisque la Française a décroché l'or, samedi 8 juin, aux championnats d'Europe à Rome, rabotant par deux fois son record de France et le portant à 12"31. Un métal synonyme de première médaille internationale en extérieur pour celle qui avait déjà décroché l'or (2022) et l'argent (2024) mondial au 60 mètres haies en salle.

Cyréna Samba-Mayela est championne d'Europe du 100m haies! La Française réalise une course exceptionnelle en établissant un nouveau record de France en 12''31, mais aussi en s'emparant de la meilleure performance mondiale de l'année. La Belge Ditaji Kambundji finit 2e devant la Polonaise Pia Skrzyszowska.
100m haies : Cyréna Samba-Mayela est championne d'Europe! Cyréna Samba-Mayela est championne d'Europe du 100m haies! La Française réalise une course exceptionnelle en établissant un nouveau record de France en 12''31, mais aussi en s'emparant de la meilleure performance mondiale de l'année. La Belge Ditaji Kambundji finit 2e devant la Polonaise Pia Skrzyszowska.

En quittant l'Insep et Teddy Tamgho, Cyréna Samba-Mayela a rejoint en novembre, à Orlando, le groupe de l'entraîneur irlandais John Coghlan. Elle y a trouvé une partenaire de luxe, la Portoricaine et championne olympique en titre du 100 mètres haies, Jasmine Camacho-Quinn. Là-bas, tout change pour la discrète hurdleuse de 23 ans : la langue, la culture et surtout la technique.

"J'ai dû changer toute ma technique. Ma jambe d'attaque, ma jambe de retour, mon rythme, tout. Ça marche bien. J'ai battu tous mes records depuis et je sens que j'ai une plus grande marge."

Cyréna Samba-Mayela, spécialiste du 100 m haies

en conférence de presse

L'apprentissage a pris quelques mois, le temps d'assimiler tous ces changements. "Force est de constater que le travail réalisé est impressionnant, a salué Romain Barras, le patron des Bleus, lors de la conférence de presse inaugurale des championnats. Techniquement, ce n'est plus la même, elle attaque de plus loin, il y a vraiment un changement impressionnant qui se voit directement." 

Le record de France pour ouvrir la saison en plein air

La Française avait déjà montré, début mars sur 60 mètres haies, les premiers fruits de son travail avec John Coglan, en décrochant l'argent aux Mondiaux en salle, améliorant au passage son propre record de France. "On aurait pu s’attendre à ce que ça ne paye pas tout de suite. Mais finalement, j’ai pu profiter et juste kiffer", glissait-elle à l'époque, rassurée par la présence de son coach pour analyser ses courses. 

Un peu plus d'un mois plus tard, Cyréna Samba-Mayela a confirmé la dynamique positive sur le 100 mètres haies. En Chine, elle a battu le vieux record de France de la distance (en 12"55), codétenu par Monique Ewanjé-Epée et Cindy Billaud. Une marque qu'elle a abaissée (12"52), puis égalé, aux Etats-Unis quelques semaines plus tard. "Je savais qu'il allait venir. Je ne peux pas prétendre chercher une médaille aux JO en restant à 12"65. Donc ça faisait partie du plan", lâchait la hurdleuse, avant son entrée en lice à Rome, sereine et déterminée.

Au pays de l'Oncle Sam, cette passionnée de musique et de dessin a découvert l'autonomie et gagné en maturité, forcée de s'adapter constamment. "Je me suis complètement rafraîchie. C'est la première fois que je vis autre part. De base, j'aime respecter un plan assez rigide. Or, en allant voir une autre manière de faire, une autre culture, en voyageant, ça m'a demandé beaucoup d'adaptation et permis aussi de m'ouvrir un peu plus. Tout ça se retranscrit aussi dans ma façon de courir." 

"Ce n'est que le début"

A Rome, en devançant Ditaji Kambundji (12"40) et Pia Skrzyszowska (12"42), Cyréna Samba-Mayela a forgé encore un peu plus son statut de prétendante au podium des Jeux olympiques. "Je ne suis pas choquée, parce que ça faisait partie du plan. Je suis passée par tellement de moments difficiles. J’avais besoin de renouveau, d’ouverture d’esprit, de travailler autrement. Pour avoir de grands résultats, il faut faire de grands changements. Je reste la même, mais je cours plus vite !", a réagi la Française après sa course samedi. Au sujet de son chrono, à un dixième du record d'Europe, Cyréna Samba-Mayela a rappelé que "cela faisait partie du plan". "Je suis encore plus proche de l'objectif des Jeux et ça devient de plus en plus réel", a ajouté l'athlète, refusant de penser à la pancarte de favorite.

Cyréna Samba-Mayela, championne d'Europe du 100m haies revient sur sa course extraordinaire ainsi que sur les changements qui l'ont amenée jusqu'ici.
Cyréna Samba-Mayela : "Ma tête tourne à mille à l'heure" Cyréna Samba-Mayela, championne d'Europe du 100m haies revient sur sa course extraordinaire ainsi que sur les changements qui l'ont amenée jusqu'ici.

Sur la scène internationale, la Française de seulement 23 ans avait déjà démontré qu'elle savait gagner dans des courses denses. Elle s'était imposée en Ligue de diamant à Eugene (Etats-Unis) devant... Jasmine Camacho-Quinn, ou encore les championnes du monde en titre du 60 mètres haies et du 100 mètres haies. 

"Je sens que j'ai passé un autre palier, mais qu'il y a pas mal de choses à corriger. Mon coach est certain que ce n'est que le début. J'en suis aussi convaincue", assurait Cyréna Samba-Mayela à son arrivée dans la capitale italienne. La hurdleuse n'exclut d'ailleurs pas un aller-retour en Floride avant les Jeux pour continuer le travail auprès de son entraîneur. Son calendrier n'est pas encore arrêté. Seul impératif, participer aux France fin juin à Angers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.