3.000 m steeple : Kowal sacré, Mekhissi disqualifié

Mahiedine Mekhissi a été disqualifié après avoir remporté la médaille d'or du 3.000 m steeple lors des championnats d'Europe d'athlétisme à Zurich, ce jeudi. L'autre Français Yoann Kowal, deuxième, est sacré. La France peut faire appel de cette décision.

(Yoann Kowal est finalement sacré champion d'Europe après la disqualification de son compatriote Mahiedine Mekhissi, ici au premier plan. © REUTERS/Arnd Wiegmann)

Le Français Mahiedine Mekhissi, vainqueur sur la piste du 3000 m steeple des championnats d'Europe d'athlétisme de Zurich, a été disqualifié au profit de son dauphin et compatriote Yoann Kowal, ont annoncé les organisateurs jeudi. Mekhissi est disqualifié pour ne pas avoir franchi la ligne d'arrivée avec son maillot sur le corps.

C'est l'Espagne, dont le représentant Angel Mullera avait initialement terminé quatrième, qui a déposé une réclamation auprès du jury. Dans un premier temps, Mekhissi avait simplement écopé d'un carton jaune pour "attitude incorrecte", et la demande espagnole avait été rejetée. C'est en appel qu'elle a finalement été validée. La France a demandé à réintégrer Mekhissi dans le classement en faisant un contre-appel, mais ce dernier a été rejeté par le jury.

Une histoire de maillot

Le Français, également double vice-champion olympique, s'était pourtant imposé facilement en 8 minutes, 25 secondes et 30/100e devant Yoann Kowal (8:26:66), transfuge du 1500 m. Mekhissi avait accéléré à deux tours de la fin, décrochant progressivement Zalewski et l'Espagnol Angel Mullera, finalement quatrième. Le Rémois, assuré de la victoire après le franchissement de la rivière, avait enlevé son maillot pour célébrer son succès.

"Je trouve que la réclamation posée par les Espagnols est anti fair-play ", a déclaré le DTN. Mekhissi doit maintenant se consacrer au 1500 m, dont les séries sont au programme vendredi et l'éventuelle finale dimanche. Mais dans un message publié sur sa page Facebook, le champion expliquait jeudi soir qu'il n'était pas certain de prendre le départ de l'épreuve vendredi : "À l'heure qu'il est, je ne sais pas si je vais prendre le départ du 1500m demain matin, je n'ai pas le moral. Quoiqu'il arrive, je respecterai la décision des juges, que je sois d'accord ou non et même si le résultat sportif se trouve au final faussé" .