Cet article date de plus de sept ans.

450 ouvriers indiens morts au Qatar

Plus de 450 immigrés indiens travaillant au Qatar sont morts depuis deux ans, selon des chiffres officiels révélés par l'ambassade d'Inde.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Hassan al-Thawadi, secrétaire général du comité suprême d'organisation Qatar 2022

Le Qatar, pays hôte de la Coupe du monde 2022, est sous le coup de vive critiques sur la façon dont sont employés des migrants travaillant sur les chantiers liés à cet événement. Les chiffres, transmis par l'ambassade d'Inde au Qatar en réponse à une démarche de l'AFP dans le cadre de la loi indienne sur le droit à l'information, détaillent le nombre de décès sur 2012 et les 11 premiers mois de 2013. En moyenne, 20 migrants sont morts chaque mois, avec un maximum de 27 en août 2013. Il y a eu 237 décès en 2012 et 218 jusqu'au 5 décembre 2013.

Une situation "horrible" mais...

Les circonstances de ces décès ne sont pas fournies et l'ambassade n'a pas non plus rendu public les échanges qu'elle a pu avoir avec le gouvernement indien sur le traitement réservé à ses compatriotes au Qatar. Un membre du comité exécutif de la Fédération internationale du football (Fifa), Theo Zwanziger a reconnu le 13 février que la situation des travailleurs migrants employés sur les chantiers liés à la Coupe du monde était  "inacceptable" et "horrible" mais que "retirer la Coupe du monde au Qatar  serait tout à fait contre-productif".  Le quotidien britannique The Guardian avait publié fin septembre une  enquête répertoriant 44 morts entre juin et août sur un chantier du Qatar, ce que les autorités ont démenti. Par ailleurs, 400 migrants népalais sont morts sur des chantiers de  construction dans l'Etat du Golfe, a indiqué récemment le quotidien, sans  donner de précision sur la période. Le nombre d'Indiens au Qatar n'est pas connu précisement mais était estimé  à environ 500.000 fin 2012.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.