Cet article date de plus d'un an.

3e de National, Boulogne-sur-Mer ne veut pas rester en rade

L’US Boulogne Côte d’Opale, club qui a vu débuter le natif de la ville Franck Ribéry en amateur, croit toujours en ses chances de montée directe, si la saison reprend son cours, ou par la voie des barrages, si le championnat venait à ne pas aller jusqu’à son terme. Entretien avec son président, Reinold Delattre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
 (FRED DOUCHET / MAXPPP)

Pensez-vous que les championnats de Ligue 1, ligue 2 et National vont reprendre cette saison ?
Reinold Delattre :
"Écoutez, je suis un citoyen en responsabilités, chef d’entreprises dans le bâtiment. Le président de la République, le gouvernement, les Préfets nous poussent à reprendre nos activités le 11 mai pour ne pas que la France s’écroule. Évidemment qu’on est tous très vigilants sur les problématiques de santé, les gestes-barrières et les consignes qui nous sont données mais je ne vois pas pourquoi cela concernerait tous les salariés, dans les transports, les supermarchés, bref dans tous les secteurs d’activités, sauf les footballeurs ! Ce sont des citoyens et des salariés comme les autres. Ils aiment leur métier et dans la mesure où au niveau sanitaire, le championnat serait autorisé à reprendre, je ne vois pas pourquoi on s’en priverait, voilà."

Ce n’est pourtant pas l’avis de votre collègue président de l’USL Dunkerque (2e du classement), Jean-Pierre Scouarnec, qui s’est insurgé après le revirement de la FFF concernant la poursuite du championnat de National, après avoir envisagé son arrêt définitif ?
"Non, parce qu’il défend ses intérêts, c’est normal. Et moi non plus je pourrais ne pas être content que le championnat reprenne. Mon club est 3e, barragiste et n’a plus en théorie que deux matches à jouer pour monter en Ligue 2 !"

Les barrages auront lieu !

La FFF étudie actuellement plusieurs scenarii dont l’un n’inclurait finalement que deux montées en Ligue 2, si les barrages sont impossibles à organiser. 3e à l’heure actuelle, n’avez-vous pas peur d’être à la plus mauvaise place ?
RD : "Non, au contraire, j’ai la 3e meilleure équipe du championnat, je préfère être à ma place qu’à la 4e ! C’est l’une des meilleures positions possibles. Barragistes, nous n’aurions plus en théorie que deux matches à jouer pour monter, si le championnat était définitivement arrêté. On va bien réussir à trouver deux dates pour jouer deux matches avant la prochaine saison ! Même deux semaines avant la reprise !"

C’est pourtant loin d’être une évidence à ce jour...
RD : "Je suis persuadé que les barrages auront lieu, quoi qu’il advienne ! On parle de jouer la Ligue des champions au mois d’août alors je ne vois pas pourquoi ça poserait problème d’organiser deux matches de barrages !"

À choisir, vous préféreriez quand même que le championnat reprenne (à 9 journées de la fin, Boulogne est 3e à 2 points du leader Pau, et à 1 point de Dunkerque, 2e; les deux premiers du classement montent directement, NDLR) ?
RD : "Bien sûr, un championnat n’a de sens que s’il va jusqu’à son terme. Il reste 9 journées, c’est énorme ! On pourrait encore être champion comme finir 6e. Il faut aller au bout, évidemment ! A un moment donné, il va bien falloir que l’on se relève de cette catastrophe qui nous touche, qu’on assouvisse à nouveau nos passions, qu’on redonne du plaisir aux gens... Dès que les conditions sanitaires le permettront, on doit reprendre le cours de notre vie. Une crise ne doit pas être une opportunité ou un effet d’aubaine pour certains. On doit l’assumer tous ensemble."

Si les classements étaient figés après la dernière journée disputée et les barrages maintenus, Boulogne-sur-mer affronterait Niort, 18e de Ligue 2. Niort, c’est plutôt un bon souvenir pour vous ?
RD : "Effectivement, lors de la saison 2007/2008 on avait obtenu notre maintien en L2 contre ce club à la 93e minute du tout dernier match grâce à un but de Damien Perrinelle. J’étais bien évidemment dans le stade et je signerais tout de suite pour un scénario identique! Je me souviens que ça avait été le début d’une mauvaise spirale pour Niort qui avait connu une deuxième descente d’affilée par la suite (en CFA). Et nous, la saison suivante, on montait en Ligue 1 ! Ce serait une belle opposition, quel que soit l’adversaire. Et sincèrement, pourquoi nous priver de la possibilité de vivre des moments pareils ?"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.