Vrai ou faux : des grévistes ont-ils brûlé du papier de billets de banque pour protester contre Israël ?

Une vidéo postée sur les réseaux sociaux a suscité des accusations d'antisémitisme envers les salariés de la société Arjowiggins Security.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

"Aujourd'hui, on commence à brûler notre stock de billets étrangers. Le premier qu'on avait, c'est le billet israélien". Ces propos sont tenus par un employé de la société Arjowiggins Security, qui, dans une vidéo, brûle avec ses collègues des papiers servant à la fabrique de billets de banque. Et pour cause, l'entreprise basée en Seine-et-Marne et habilitée pour cette activité sensible, a été placée en liquidation judiciaire le 16 janvier dernier. Mais la vidéo, qui a fait le tour des réseaux sociaux, a tout de suite été taxée d'antisémite.

"Un client parmi les autres"

L'employé en question, Patrice Shaafs, a été interrogé à ce sujet par franceinfo, qui l'a informé de la polémique engendrée par les propos de la vidéo. "Ça, c'est vraiment n'importe quoi. C'est la première pile qu'on a trouvée. On s'est posés la question quand même, de savoir si on allait prendre celle-là ou pas. On savait que c'était un papier sensible. C'est seulement un client parmi les autres. Voilà le but est atteint. On a fait le buzz", explique-t-il. Balayant ainsi les accusations d'une position anti-Israël.

Un salarié de l\'entreprise Arjowiggins devant son usine, le 28 janvier 2019 à Jouy-sur-Morin (Seine-et-Marne).
Un salarié de l'entreprise Arjowiggins devant son usine, le 28 janvier 2019 à Jouy-sur-Morin (Seine-et-Marne). (SARAH BRETHES / AFP)