Violences intrafamiliales : Franck Riester dénonce la "mauvaise solution" des juridictions spécialisées après le vote de l'Assemblée nationale

Les députés ont adopté par 41 voix contre 40, jeudi soir, une proposition de loi déposée par les Républicains dans le cadre de la niche parlementaire.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franck Riester, le ministre délégué aux Relations avec le Parlement, le 2 novembre 2022 au Sénat à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFO)

"Ce n'est pas un cadeau fait à cette belle cause". Le ministre des Relations avec le Parlement, Franck Riester, a dénoncé sur Sud-Radio, vendredi 2 décembre, le vote l'Assemblée nationale, contre l'avis du gouvernement, d'une proposition de loi Les Républicains (LR) créant une juridiction spécialisée dans les violences intrafamiliales.

L'Assemblée nationale a adopté par 41 voix contre 40, jeudi soir, une proposition de loi déposée par le jeune député LR Aurélien Pradié dans le cadre de la niche parlementaire de son groupe, créant une juridiction spécialisée dans les violences intrafamiliales, sur le modèle de l'Espagne. "C'est un vrai problème et c'est une mauvaise solution parce que ça éloignerait les juridictions, c'est-à-dire les magistrats et la justice, des victimes", a argumenté le ministre, défendant la position d'Emmanuel Macron de privilégier des magistrats spécialisés au sein des juridictions existantes.

"On voit bien que c'était la volonté d'Aurélien Pradié d'avoir une victoire dans le cadre de la campagne à la présidence de LR, au détriment du fond et au détriment de la cause des violences intrafamiliales", a déploré le ministre sur Sud Radio, à propos de l'un des trois candidats à la présidence du parti Les Républicains, dont le premier tour de l'élection est prévu ce week-end. Adoptée en première lecture, la proposition va maintenant être transmise au Sénat, à majorité de droite.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.