Violences faites aux femmes : Valérie Bacot devant les assises pour avoir tué son mari violent et proxénète

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Violences faites aux femmes : Valérie Bacot devant les assises pour avoir tué son mari violent et proxénète
France 3
Article rédigé par
L. Nahn, C. Weill-Raynal, J.-P. Rivalain, L. Michel - France 3
France Télévisions

L’affaire de Valérie Bacot rappelle étrangement celle de Jacqueline Sauvage, une femme condamnée en 2012 pour avoir tué son mari violent, avant d’être graciée quatre ans plus tard. Aujourd’hui, Valérie Bacot est accusée d’avoir tué son ex-beau-père qui la violait et la contraignait à se prostituer depuis des années.

Écharpe orange autour du cou, Valérie Bacot, âgée de 40 ans, arrive libre devant la cour d’assises lundi 21 juin. Ses proches et notamment ses enfants l’encerclent pour la protéger de la foule et de la presse. Mais l’intéressée craque car l’émotion est trop forte. Le traumatisme est loin d'être effacé pour celle qui est aujourd’hui accusée d’avoir tué son ancien beau-père. Ce dernier avait commencé à la violer alors qu’elle était toute jeune.

Une femme sous le choc

"Elle est effondrée, elle est extrêmement choquée, angoissée et submergée. Elle attend qu’on l’entende d’abord, de pouvoir s’exprimer enfin", explique Me Janine Bonaggiunta, l’avocate de la défense. Pour Me Nathalie Tomasini, elle aussi avocate de la défense, "il n’y a pas de préméditation dans ce dossier. Valérie Bacot n’est pas un assassin". La concernée n’avait que 12 ans quand son beau-père l’a violée pour la première fois. Il a ensuite été incarcéré mais a recommencé dès sa sortie de prison. À 17 ans, la jeune fille tombe enceinte et se retrouve forcée de vivre avec son agresseur qui deviendra son mari. Pendant 14 ans, elle va vivre l’enfer et sera même contrainte de se prostituer. Elle finira par tuer son bourreau et l’enterrer dans une forêt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.