Violences faites aux femmes : le président de la République assiste à un dysfonctionnement

Des questions se posent après qu'un homme a refusé de raccompagner chez elle une femme qui venait de porter plainte. Le chef de l'État a assisté à l'échange.

France 3

Emmanuel Macron visitait le 39 19 mardi 3 septembre. S'il n'a pas voulu médiatiser son passage, sa visite ne s'est pas passée comme prévu. Il est présent lorsqu'une femme appelle pour se plaindre du comportement d'un gendarme. "Une femme qui était battue depuis plusieurs années avait porté plainte. Elle voulait rentrer chez elle pour récupérer ses affaires et être raccompagnée puisqu'elle avait peur. Le gendarme au bout du fil, poli, il a considéré que ce n'était pas sa mission et a refusé de le faire", raconte Catherine Mallaval, journaliste à Libération qui était présente.

La gendarmerie réagit

Le chef de l'État n'intervient pas, mais ne cache pas son exaspération, entre yeux levés au ciel et signes d'agacement. Dans un communiqué, la gendarmerie a rapidement réagi. "Même si le contexte évoqué doit être précisé, la prise en compte de cette victime en difficulté apparait totalement défaillante". Une enquête administrative a été ouverte et un audit va être mené dans 400 commissariats et gendarmeries.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, le 22 juillet 2019, à Paris. 
Emmanuel Macron, le 22 juillet 2019, à Paris.  (LUDOVIC MARIN / AFP)