Violences conjugales : plus de 142 000 victimes recensées par les forces de sécurité en 2019, soit une hausse de 16%

Il s'agit très majoritairement de femmes, à 88%, une proportion plus forte encore s'agissant des violences sexuelles au sein du couple, comprises dans ces statistiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Les violences sont-elles plus nombreuses ou plus souvent signalées ? Les forces de sécurité ont recensé 142 310 victimes de violences conjugales en France en 2019, soit 16% de plus qu'en 2018, révèle le ministère de l'Intérieur lundi 16 novembre. Ces victimes sont à 88% des femmes, une proportion qui atteint 98% s'agissant des victimes de viols et agressions sexuelles au sein d'un couple. Le nombre de morts violentes au sein du couple avait également augmenté de 16% en 2019.

En 2018, déjà, le nombre de victimes de violences conjugales recensées par les policiers et gendarmes avait augmenté de 10%, rappelle le ministère.

Des violences loin d'être toutes signalées

Aux yeux du ministère de l'Intérieur, "cette hausse conforte un possible effet positif du Grenelle des violences conjugales", organisé entre septembre et novembre 2019. Il a "pu inciter les victimes à davantage déposer plainte" et a pu permettre d'améliorer la formation des agents "en matière de prise en charge et d’accueil des victimes sur la thématique des violences faites aux femmes".

Mais les violences conjugales sont loin d'être toutes signalées. Le ministère de l'Intérieur rappelle que, chaque année entre 2011 et 2018, 295 000 personnes âgées de 18 à 75 ans (dont 72% de femmes) se sont déclarées victimes de violences par un conjoint ou ex-conjoint dans le cadre de l'enquête Cadre de vie et sécurité, qui interroge chaque année des Français et Françaises sur les faits dont ils ou elles ont été victimes. Cette enquête n'a pas pu être menée en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.