Nouvelle-Calédonie : des associations réclament "un plan d'urgence" après un féminicide

Dans l'archipel, les violences conjugales sont plus de deux fois plus nombreuses qu'en métropole.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un panneau devant le palais de justice de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 5 février 2021. (DELPHINE MAYEUR / HANS LUCAS / AFP)

Des associations de lutte contre les violences conjugales ont manifesté samedi 16 juillet en Nouvelle-Calédonie pour réclamer un "plan d'urgence" après la mort d'une femme de 35 ans battue par son compagnon. Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées dans la matinée devant le tribunal de Nouméa.

Cette mère de deux enfants avait été admise à l'hôpital mercredi pour une grave blessure à la tête. Elle a finalement succombé aux coups infligés par son concubin lors d'une dispute au domicile familial. Le suspect a été placé en détention provisoire et mis en examen du chef d'homicide par concubin, d'après le parquet de Nouméa.

"Il y a un silence assez assourdissant de la part des institutions. Nous demandons un plan d'urgence pour que cette cause soit prise à bras le corps et devienne une priorité, avec les moyens qu'il faut", a réclamé Fara Caillard, porte-parole du collectif Femmes à colère, à l'origine de la manifestation. En Nouvelle-Calédonie, les violences conjugales sont plus de deux fois plus nombreuses qu'en métropole.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.