Nouveaux outils contre les violences conjugales : "J'espère qu'il n'y aura pas des pseudo-lois", indique un médecin, membre de SOS Femmes 93

Le gouvernement doit dévoiler lundi de nouveaux outils pour lutter contre les violences conjugales.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un collage contre les féminicides est affiché sur un mur de Paris, le 6 septembre 2019 (photo d'illustration). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"J'espère qu'il va y avoir des choses intéressantes, pas des pseudo-lois", explique sur franceinfo Gilles Lazimi, médecin et membre de SOS Femmes 93 et du Collectif féministe contre le viol, alors que le gouvernement doit dévoiler, lundi 23 novembre, de nouveaux outils pour lutter contre les violences conjugales.

>> Violences conjugales : après une consultation réunissant 400 000 participants, quatre pistes présentées lundi

"Si le protocole est appliqué, que toute femme qui est accueillie en commissariat est immédiatement protégée et que des ordonnances de protection sont systématiquement prononcées, il n'y a pas de problème", affirme Gille Lazimi. Mais selon lui, la lutte contre les violences faites aux femmes n'a pas suffisamment évolué en dix ans : "le Haut conseil à l'égalité femmes-hommes avait estimé qu'il fallait 1 milliard d'euros pour lutter contre les violences conjugales. On voit que ça ne bouge pas depuis dix ans, ce milliard n'est pas mis. Alors que le coût de ces violences conjugales est de 3,6 milliards par an."

Si il estime que "les outils qui seront annoncés seront certainement intéressants", le médecin espère un réel changement "des pratiques, pour mieux accueillir, mieux protéger, et surtout héberger les femmes victimes de violences et leurs enfants", notamment en "donnant plus de moyens aux associations pour protéger ces femmes et leurs enfants".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.