Montpellier : En voiture, une jeune femme menacée par son compagnon s'échappe à un feu rouge pour prévenir la police

L'homme avait frappé et menacé de mort sa compagne avant de la forcer à conduire vers un lieu isolé. Repérant un équipage de la BAC, elle s'est enfuie leur dire qu'elle était "séquestrée".

Avenue Albert-Dubout à Montpellier (Hérault).
Avenue Albert-Dubout à Montpellier (Hérault). (GOOGLE MAPS)

Une Montpelliéraine de 20 ans a profité mardi 2 juin d'un arrêt à un feu rouge pour échapper à son compagnon violent. Elle a pu alerter des policiers arrêtés au même feu, rapportait France Bleu Hérault, mercredi 3 juin. L'homme a été deferré devant la justice jeudi 4 juin.

Sur l'avenue Albert-Dubout à Montpellier, à un feu rouge, la jeune femme, qui était au volant, a remarqué un équipage de la BAC arrêté au même feu. Profitant de l'aubaine, elle est alors descendue de sa voiture pour prévenir les policiers qu'elle était "séquestrée" par son passager. Le jeune homme de 22 ans a été interpellé et placé en garde vue. Son ex-compagne avait déjà signalé des violences à son encontre auprès des forces de l'ordre en 2019 à la Grande-Motte et en 2018 à Marseille. Il a été présenté au parquet jeudi 4 juin.

Il n'a pas supporté leur rupture

Le couple qui s'est formé en 2015 a trois enfants. Leur relation, tumultueuse, a été ponctuée par des violences, physiques ou verbales, et par une succession de séparations et de réconciliations. Récemment, après une énième rupture, le Montpellierain a envoyée un message à sa compagne pour récupérer quelques affaires oubliées dans le coffre de la voiture de la jeune femme. Mardi 2 juin, ils se sont donc rencontrés à Montpellier.

Le jeune homme a d'abord commencé par s'en prendre au véhicule puis, une fois à bord, c'est son ex-compagne qu'il a prise pour cible. Il a commencé par des menaces, "si on ne se remet pas ensemble, je te tue", avant de la frapper. Ensuite, il lui a intimé l'ordre de les conduire dans un endroit isolé, où ils n'arriveront finalement jamais grâce à la rencontre de cette patrouille de la BAC et à la réaction de la jeune-femme.