Meurtre d'Angélique : le lourd passé judiciaire du suspect

L'émotion reste vive à Wambrechies (Nord) après la découverte du corps de la petite Angélique, 13 ans. Une marche blanche sera organisée mardi 1er mai. Le suspect principal est toujours en garde à vue ce lundi.

Père de famille, le meurtrier présumé de la petite Angélique, 13 ans, a un lourd passé judiciaire. L'homme de 45 ans a été condamné en 1996 à de la prison pour viol avec arme blanche, attentats à la pudeur, et vol avec violence. Un viol commis en 1994 sur une mineure de 13 ans. Après avoir passé six ans derrière les barreaux, le suspect ne bénéficiait plus, semble-t-il, d’un suivi judiciaire.

Fiché comme délinquant sexuel

Les délinquants sexuels condamnés à plus de cinq ans de prison sont inscrits sur un fichier, le FIJAIS. Ils doivent justifier de leur adresse tous les cinq ans et d'un déménagement sous 15 jours. Pour les infractions les plus graves, les auteurs doivent se présenter en personne tous les mois.

Les autorités judiciaires, la police, la gendarmerie, les préfets et administrations de l'État peuvent consulter ces données, pas les citoyens. Ainsi, personne dans la commune du suspect du meurtre d'Angélique n'était au courant de son fichage en tant que délinquant sexuel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un lieu de recueillement après la découverte du corps de la petite Angélique (13 ans), à Wambrechies (Nord), le 29 avril 2018.
Un lieu de recueillement après la découverte du corps de la petite Angélique (13 ans), à Wambrechies (Nord), le 29 avril 2018. (MAXPPP)