Le parquet de Paris ouvre une enquête du chef d'agression sexuelle, après la plainte visant Jean-Jacques Bourdin

Une ex-journaliste de BFMTV accuse Jean-Jacques Bourdin d'avoir tenté de l'embrasser de force à plusieurs reprises.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le journaliste Jean-Jacques Bourdin, le 5 mai 2018. (PASCAL GUYOT / AFP)

Une enquête est ouverte du chef d'agression sexuelle, après la plainte visant Jean-Jacques Bourdin, journaliste à BFMTV et RMC, reçue par le parquet de Paris le 14 janvier dernier, a appris franceinfo mardi 18 janvier auprès du parquet de Paris. Selon une source proche de l'enquête, deux autres femmes envisagent de témoigner contre Jean-Jacques Bourdin.

>> Plainte contre Jean-Jacques Bourdin : lancement d'une enquête interne à BFMTV et RMC

L'enquête est confiée au commissariat du 16e arrondissement. Une ex-journaliste de BFMTV a déposé plainte contre Jean-Jacques Bourdin et dénonce des faits remontant à octobre 2013. Elle est alors en déplacement professionnel à Calvi, en Haute-Corse, où elle représente BFMTV pour l'Open de Pétanques. Dans sa plainte, elle raconte qu'un matin, entre 6h et 7h, elle va se baigner dans la piscine de son hôtel et est rejointe par Jean-Jacques Bourdin qui nage à sa hauteur, la saisit par le cou alors qu'elle n'a plus pied et tente plusieurs fois de l'embrasser. Chaque fois, la jeune femme tourne la tête tout en se débattant, et parvient à se défaire de son étreinte et sortir de la piscine. 

"J'obtiens toujours ce que je veux"

Elle affirme que le présentateur vedette lui a alors dit : "J'obtiens toujours ce que je veux". "J'ai vécu cette dernière phrase comme s'il me prévenait que tôt ou tard il aurait ce qu'il voulait" et "comme une menace de la part de quelqu'un qui avait un ascendant hiérarchique sur moi", explique-t-elle dans sa plainte.

Les mois qui suivent, elle dit avoir reçu de nombreux mails et SMS de Jean-Jacques Bourdin lui demandant des faveurs sexuelles. Elle a joint l'un de ces mails à sa plainte qui contient la phrase : "Tu me tentes tous les matins, j'aime ton regard." La journaliste explique aux enquêteurs ne pas avoir déposé plainte à l'époque par crainte de perdre son emploi - elle est partie de BFM TV en 2017 - et car la libération de la parole et l'affaire Nicolas Hulot lui ont permis de trouver le "courage" d'en parler.

"Un propos introductif" de Pécresse mardi soir sur BFMTV

Valérie Pécresse prononcera "un propos introductif" face à Jean-Jacques Bourdin, ce mardi soir, au début de l'émission de BFMTV "La France dans les yeux", a appris franceinfo auprès de l'entourage de la candidate LR à la présidentielle et de la direction de BFMTV. Ce "propos introductif" est lié à l'ouverture par le parquet de Paris d'une enquête du chef d'agression sexuelle, après la plainte visant le présentateur vedette de la chaîne.

Valérie Pécresse a conditionné sa participation à cette émission à ce "propos introductif" face au journaliste, a indiqué son entourage à franceinfo, confirmant une informationdu journal Le Figaro. Cette demande a été acceptée, affirme-t-on de même source, indiquant si ce n'avait pas été le cas, "elle n'aurait pas participé à l'émission", diffusée en direct. La direction de BFMTV, elle, a au contraire assuré à franceinfo que ce "propos introductif" était son initiative.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.