VIDEO. Violences conjugales : "C'est insupportable, rien n'est fait à la hauteur du sujet", déplore Muriel Robin

La comédienne et humoriste Muriel Robin réagit sur franceinfo à la publication du rapport de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sur les violences conjugales.

franceinfo

"C'est insupportable, il y a une urgence absolue" mais "rien n'est fait à la hauteur du sujet", dénonce jeudi 14 mars sur franceinfo la comédienne et humoriste Muriel Robin, après la publication du rapport de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sur les violences conjugales. En 2017, l'ONDRP a recensé 109 féminicides, un chiffre identique à celui de 2016 et à peine inférieur à celui de 2015, année durant laquelle 115 femmes avaient été tuées. "Je trouve que rien n'est fait" au plus haut niveau de l'Etat, regrette Muriel Robin, à l'initiative entre autres d'une manifestation contre les violences faites aux femmes en octobre dernier à Paris.

"Il faudrait que ça bouge plus haut"

Il y a, selon elle, "un frémissement" au niveau du grand public, "ça bouge, mais ce qu'il faudrait évidemment c'est que ça bouge plus haut". "Il faut mettre des moyens sur la table, il faut aider les associations qui font un travail formidable, créer des centres d'hébergement. On a complètement laissé tomber ce dossier", regrette Muriel Robin, qui a également incarné à l'écran Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre en 2012 de son mari violent, avant d'être grâciée en 2016 par François Hollande.

"Il y a des choses à faire en urgence : d'abord ne jamais refuser le dépôt de plainte pour les femmes, indique Muriel Robin. Elles devraient être bien reçues dans les commissariats, le ministre de l'Intérieur peut donner des ordres et les faire respecter dès demain et prévoir des sanctions disciplinaires." "Il faut, poursuit l'humoriste, assouplir la délivrance des ordonnances de protection. Il y a en France moins de 2 000 ordonnances alors qu'en Espagne il y en a plus de 20 000."

Pourquoi cette frilosité des juges ? La garde des Sceaux peut donner des directives dès demain.

Muriel Robin

à franceinfo

Interrogée sur la situation d'Aïda, une jeune femme devenue paraplégique après avoir été défenestrée par son compagnon en 2013, Muriel Robin a estimé que cela "arriv[ait] trop souvent" et qu'il n'était "pas normal" que Marlène Schiappa ne soit pas intervenue dans ce dossier contrairement à ce qu'elle avait promis. "Je mets un mauvais point" à la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, a lancé Muriel Robin.

"Ce n'est pas normal que parfois dans certaines actions faites par des associations [Marlène Schiappa] soit absente. J'entends beaucoup de mécontentement" vis-à-vis de la secrétaire d'Etat, ajoute-t-elle.

Muriel Robin, invitée sur franceinfo jeudi 14 mars.
Muriel Robin, invitée sur franceinfo jeudi 14 mars. (FRANCEINFO)