Disneyland Paris présente ses excuses après avoir empêché une femme d'allaiter en public

"La demande qui lui a été faite n'est pas en phase avec notre règlement intérieur et nos valeurs", a réagi le parc d'attractions mardi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne),  photographié le 8 septembre 2020. (JEROME LEBLOIS / HANS LUCAS / AFP)

Voilà un bad buzz dont se serait bien passé le parc d'attractions. Disneyland Paris a présenté des excuses, mardi 6 juillet, après que des employés du parc ont demandé à une femme d'arrêter d'allaiter en public. "Nous regrettons profondément cette situation et présentons de nouveau nos sincères excuses à la maman concernée. La demande qui lui a été faite n'est pas en phase avec notre règlement intérieur et nos valeurs", a indiqué Disneyland Paris sur Twitter. "Il n'y a aucune restriction sur l'allaitement à Disneyland Paris", a ajouté le parc situé à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), près de Paris.

Une internaute s'était émue dimanche sur Twitter, photo à l'appui, que des agents de sécurité aient "empêché une maman d'allaiter son bébé de 2 mois au motif que cela choquait la clientèle étrangère !"

L'indignation de Marlène Schiappa

Disneyland Paris avait répondu à ce message le lendemain en rappelant simplement "met[tre] à disposition des mamans le Baby care center avec du matériel adapté et confortable comme notamment des sièges spécial allaitement".

"Cher @DisneylandParis, allaiter un bébé n'est pas un délit. Que vous ayez des salles dédiées c'est bien, mais on ne décide pas où et quand un bébé va avoir faim", avait alors réagi sur Twitter la ministre de la Citoyenneté Marlène Schiappa. "Ne vous mettez pas vous aussi à stigmatiser les mères, c'est assez dur comme ça partout ailleurs. Merci d'avance", avait-elle ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.