Besançon : le principal suspect du meurtre de Razia arrêté

Elle avait 34 ans et trois enfants. Razia, qui avait trouvé refuge dans une association qui accompagne les femmes victimes de violence conjugale a été poignardée cette semaine en pleine rue à Besançon (Doubs). Après l'appel à témoin lancé par le parquet, son mari a été arrêté à l'aéroport d'Athènes (Grèce). La mort de cette jeune afghane continue de susciter sur place une vive émotion.

France 3

Razia, 34 ans, a été tuée de plusieurs coups de couteau mardi 30 octobre en plein quartier résidentiel de Besançon (Doubs). Son mari est très vite suspecté du meurtre. Razia a déjà porté plainte contre lui pour violence conjugale et menace de mort. Il l'aurait suivie avant de la poignarder. Visé par un mandat d'arrêt, l'homme a été arrêté vendredi 2 novembre à l'aéroport d'Athènes (Grèce).

Une femme tuée tous les trois jours

Razia ne vivait plus avec son mari. Elle avait été exfiltrée par une association qui l'hébergeait à Besançon. En juillet dernier, elle avait aussi obtenu une ordonnance de protection interdisant à son conjoint de l'approcher. Il a finalement retrouvé sa trace. Razia laisse derrière elle trois enfants de 9, 12, et 16 ans. En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint en France, soit une tous les trois jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
A Besançon (Doubs), le 2 novembre 2018, la silhouette blanche d\'un corps, entourée de bougies porte une épitaphe : \"Razia, 34 ans, 3 enfants, assassinée le 30 octobre 2018\".
A Besançon (Doubs), le 2 novembre 2018, la silhouette blanche d'un corps, entourée de bougies porte une épitaphe : "Razia, 34 ans, 3 enfants, assassinée le 30 octobre 2018". (JULIEN PERCHERON / FRANCE 3 FRANCHE-COMTE)