Affaire Stéphane Plaza : accusé de violences conjugales, le présentateur ne sera pas sanctionné en interne, annonce le patron de la chaîne M6

L'animateur star, dont les émissions n'ont cessé d'être diffusées malgré des demandes de déprogrammation de militantes féministes, va bien "rester à l'antenne".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'animateur Stéphane Plaza à Aurillac (Cantal), le 28 janvier 2021. (JEREMIE FULLERINGER / MAXPPP)

Pas de sanction pour l'animateur phare de M6. Accusé de violences conjugales, Stephane Plaza va rester à l'antenne, a annoncé, lundi 6 novembre, le patron de la chaîne Nicolas de Tavernost sur BFM Business.

"Nous avons commandité une enquête interne à l'intérieur de M6 avec tous les gens qui travaillent avec Stéphane Plaza. La même chose a été faite chez [le géant de la production audiovisuelle] Médiawan. Ces deux enquêtes n'ont donné aucun élément qui justifierait une sanction contre Stéphane Plaza", a déclaré Nicolas de Tavernost.

"Au contraire, ses collègues l'appuient plutôt", a-t-il précisé, confirmant que l'animateur star, dont les émissions n'ont cessé d'être diffusées malgré des demandes de déprogrammation de militantes féministes, va bien "rester à l'antenne".

Accusé de violences verbales et physiques

Dans une enquête publiée fin septembre, le site d'information Mediapart, citant les témoignages de trois des ex-compagnes de l'animateur, explique avoir "réuni de nombreux éléments et récits témoignant de maltraitances exercées par l'agent immobilier popularisé par M6 sur trois de ses compagnes : humiliations, menaces, violences verbales et, pour deux d'entre elles, physiques".

Une enquête pour violences conjugales a été ouverte dans la foulée contre l'animateur, qui conteste formellement ces accusations.

"Il ne nous appartient pas de nous substituer à la police ou la justice pour prendre une décision", a souligné Nicolas de Tavernost. "Ce sont des sujets que nous regardons toujours avec énormément de précautions, notamment ces sujets de violences conjugales. Nous sommes extrêmement attentifs, que ce soit en interne comme en externe".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.