Affaire PPDA : Florence Porcel dépose une plainte avec constitution de partie civile

La plainte de Florence Porcel a été classée sans suite, ainsi que sept autres plaintes pour viols, agressions sexuelles, tentatives d'agression sexuelle et harcèlement sexuel. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'écrivaine et journaliste Florence Porcel, le 25 février 2021. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

L'écrivaine Florence Porcel dépose une plainte avec constitution de partie civile dénonçant un viol en 2009, annoncent ses avocats dans un communiqué vendredi 25 juin, après le classement sans suite de sa plainte et de sept autres plaintes contre le journaliste Patrick Poivre d'Arvor pour viols, agressions sexuelles, tentatives d'agression sexuelle et harcèlement sexuel. Cette plainte entraîne automatiquement l'ouverture d'une information judiciaire, qui sera confiée à un magistrat indépendant.

"La décision du parquet de Nanterre n'est qu'une étape de la procédure, expliquent les avocats, Elle n'ébranle en rien la détermination de Florence Porcel à voir menées des investigations approfondies par un juge indépendant. C'est pourquoi Florence Porcel a décidé de déposer une plainte avec constitution de partie civile"

Des "investigations matérielles" à réaliser dans le bureau où se serait passé le viol

"Il y a un certain nombre d'auditions qui n'ont pas été réalisées dans ce dossier, précise Me Emmanuel Moyne à franceinfo, évoquant également des "investigations matérielles" qui devraient encore être réalisées, notamment dans "le bureau dans lequel les faits relatés par notre cliente se sont passés." 

Si la plainte avec constitution de partie civile de Florence Porcel concerne un viol subit en 2009, et non celui de 2004 qui est prescrit, "les faits antérieurs ont été portés à la connaissance de la justice et ils mériteront de faire l'objet d'investigations supplémentaires parce que si on n'enquête pas sur ces faits, on ne peut pas comprendre ce qu'a subi ma cliente pendant toutes ces années", précise encore Me Emmanuel Moyne à franceinfo.

Cette décision [de classement sans suite] montre une nouvelle fois les difficultés du système judiciaire à comprendre et à traiter les dossiers de violences sexuelles. Sur dix plaintes déposées pour viol en France, sept sont classées sans suite.

Les avocats de Florence Porcel

franceinfo

Maître Emmanuel Moyne ajoute à franceinfo que cette affaire est "emblématique de difficulté qu'a la justice à traiter les affaires de violences sexuelles. Il y a un certain nombre de mécanismes que l'on ne comprend pas aujourd'hui. (…) J'estime que lorsqu'un nombre important de femmes vient témoigner de ce qui ressemble fort à un mode opératoire, je crois que la vérité gagnerait à ce que la justice mène pour l'ensemble de ces femmes des investigations approfondies".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.