Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Visite de réconciliation à Oradour-sur-Glane

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Le 10 juin 1944, les nazis assassinaient 642 habitants de ce village du Limousin. Le 4 septembre, Oradour-sur-Glane recevra Francois Hollande et le président allemand Joachim Gauck. Une visite de réconciliation avec l'Allemagne, mais aussi entre l'Alsace et le reste de la France. 

Un nom connu dans le monde entier : Oradour-sur-Glane. Un nouveau village a été reconstruit à l'écart de l'ancien, laissé en l'état, et la vie continue pour ses 2 400 habitants actuels, même si le passé est toujours prêt à ressurgir. Le 10 juin 1944, Albert Valade a 14 ans. Il garde des vaches à quelques kilomètres du village quand il entend des tirs et voit de la fumée. Les hommes, répartis dans des granges, sont abattus ; les femmes et les enfants, regroupés dans l’église, sont brûlés.

L'après-guerre et le procès de Bordeaux dressent ensuite le Limousin contre l'Alsace et Oradour-sur-Glane contre l'Etat.  En 1953, à Bordeaux, quelques-uns des responsables du massacre sont condamnés. Sept soldats allemands comparaissent ainsi que quatorze prévenus alsaciens, dont treize "Malgré-nous" (incorporés de force), qui seront amnistiés ensuite par les parlementaires. Une amnistie très mal vécue à Oradour – "un deuxième assassinat", explique Albert Valade. 

Avec la visite, le 4 septembre, de François Hollande et de son homologue allemand, Joachim Gauck, la normalisation des relations d'Oradour avec l'Allemagne, mais aussi avec les pouvoirs publics français et l'Alsace, semble entamée. "Un apaisement", pour Raymond Frugier, le maire actuel d'Oradour-sur-Glane. Un symbole fort, et un moment historique de réconciliation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.