Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Le don du sang indispensable aux bébés-bulles

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
France 2 - Frédérique Prabonnaud e Philippe Maire
Article rédigé par
France Télévisions

Le don du sang bénéficie à un million de patients chaque année. Parmi eux, les enfants-bulles. Les transfusions sanguines sont indispensables au traitement de leur immunodéficience.

On les appelle des bébés-bulles. Ces enfants doivent vivre dans des chambres stériles parce que leur système immunitaire ne les protège pas des infections. Une greffe de moelle osseuse permet de compenser leur immunodéficience. Mais des transfusions sanguines sont aussi nécessaires. France 2 s'est intéressé à ce cas précis à l'occasion de la 10e Journée mondiale des donneurs de sang qui se tient vendredi 14 juin, et dont la France est l'hôte pour la première fois.

C'est grâce à ces dons de moelle osseuse, mais aussi de sang, que Grégoire, un garçonnet de 2 ans et demi atteint d'une maladie génétique, a pu être guéri. "On ne peut pas faire de greffe de moelle osseuse sans transfusion sanguine", explique le Pr Alain Fischer, du service d'immunologie de l'Hôpital Necker-Enfants malades "parce que pendant 15, 20, 30 jours, parfois plus, les patients ne produisent plus de globules rouges, de plaquettes et n'ont plus d'ailleurs de globules blancs".

Guillaume, était l'un de ces bébé-bulles. Il est aujourd'hui adulte et père. Il a bénéficié d'une greffe qui a compensé son déficit immunitaire. Mais il a toujours besoin de donneurs de sang. "Aujourd'hui je vais très bien, parce que je reçois un médicament tous les mois, un médicament dérivé du sang qui s'appelle les immunoglobulines. Ce médicament me permet de vivre tout à fait normalement et corrige le reste de déficit immunitaire que j'ai encore", témoigne-t-il. Il faut chaque mois qu'un millier de personnes donnent leur sang pour que Guillaume ait son traitement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.