Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Écoutes téléphoniques : l'État délègue à des sociétés privées

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Plus de 35 000 dérivations sont effectuées chaque année par des sociétés privées. Une plateforme unique devrait être mise en place.

Le caractère privé des échanges téléphoniques est fondamental. Dans le cadre d'enquêtes judiciaires, des lignes peuvent être interceptées et les conversations écoutées. Pour cela, un policier doit en faire la demande à un juge. S'il obtient l'autorisation, il émet une réquisition judiciaire aux opérateurs de téléphonie qui dévient la ligne vers les sociétés privées. Celles-ci disposent de centrales d'interception et procèdent aux enregistrements qu'elles délivrent aux enquêteurs.

Outil d'investigation

"Ce que l'on fournit est plus qu'un magnétophone, c'est un outil d'investigation, une aide à l'enquête, cela permet aux policiers de gagner du temps dans leurs affaires", explique Patrice Battut, directeur général adjoint d'Elektron, une société qui intercepte les communications. L'itinéraire d'un suspect est par exemple retracé grâce à ses communications. Dans quelques mois, les écoutes seront centralisées sur une plateforme unique gérée par Thalès. Plus de 35 000 dérivations sont effectuées chaque année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.