VIDEO. Drones près d'une centrale : "un simple jeu", affirment les personnes interpellées

Deux hommes et une femme ont été arrêtés mercredi 5 novembre en possession de drones à proximité de la centrale de Belleville-sur-Loire. Ils assurent ne pas avoir de "revendications antinucléaires".

France 3
Trois personnes ont été interpellées mercredi 5 novembre aux abords du site nucléaire de Belleville-sur-Loire avec un drone. La journaliste de France 3 Peggy Mauger révèle qu'"il s'agit d'un couple, originaire du Loiret, ainsi que l'un de leurs amis, originaire d'Alsace". L'envoyée spéciale précise qu'"ils ont tous entre 20 et 30 ans", et sont "présentés comme des passionnés de modélisme et de drones, des engins qu'ils voulaient faire décoller dans la soirée du mercredi 5 novembre, tout près du réacteur nucléaire ".

"Il s'agissait d'un simple jeu"

 
Ils affirment aux enquêteurs "qu'il s'agissait d'un simple jeu", précisant que "non, ils ne sont pas à l'origine de la série de survols de centrales constatée ces dernières semaines en France", explique Peggy Mauger. Les trois personnes interpellées ajoutent ne pas avoir de "revendications antinucléaires".
 
Mais leur passion pourrait leur coûter cher. Le survol d'une zone interdite par un drone est passible d'un an de prison et de 75 000 euros d'amende.
Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale de Cattenom (Lorraine), le 31 août 2006.
La centrale de Cattenom (Lorraine), le 31 août 2006. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)