Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo 13h15. La Brigade des mères en lutte contre le radicalisme religieux

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
13h15 le samedi. La Brigade des mères en lutte contre le radicalisme religieux
Article rédigé par
France Télévisions

Défendre la laïcité et l'égalité entre les sexes, comme lutter contre la montée de l'intégrisme religieux, c'est le combat de la Brigade des mères, fondée en 2014 par Nadia Remadna, 53 ans. L'association est venue ce jour-là faire entendre sa voix près de la gare du Nord, à Paris… Extrait de "13h15 le samedi" du 21 mai.

Nadia Remadna, 53 ans, a fondé la Brigade des mères en 2014 pour défendre la laïcité, l'égalité entre les hommes et les femmes, et lutter contre la montée du radicalisme religieux. Ce jour-là, elle débarque gare du Nord, à Paris, avec une centaine d'habitants de Seine-Saint-Denis.

La mère de famille, entourée de femmes et d'hommes, harangue les passants : "On ne veut qu'une seule République. On veut que les femmes et les mères aient le droit de vivre librement dans les quartiers. La banlieue appartient à tout le monde, pas qu'aux hommes. Nous, les femmes de banlieue, devons être visibles."

"Des lanceuses d'alerte de la laïcité"

L'auteure du livre Comment j'ai sauvé mes enfants (Calmann-Lévy) s'adresse à des jeunes qui l'écoutent : "La jeunesse, c'est pour vous qu'on se bat. Et dans quelques années, vous allez nous dire merci." Drapeau tricolore en main, Ahmed explique : "Elles font partie des premières lanceuses d'alerte de la laïcité."

"Brigade des mères ! Réveillez-vous ! Debout les mères ! Réveillez-vous !" scande la petite troupe de manifestants. "Ce n'est pas rien ce qu'on fait. On essaie de reconstruire la République", explique Nadia Remadna. Une autre manifestante affirme : "Dans nos banlieues, nous voulons pouvoir vivre normalement. Quand on ne porte pas le voile, on nous insulte dans la rue. On est des Françaises, comme vous."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.