Une aide aux entreprises pour embaucher les jeunes

Le gouvernement a lancé, mardi 16 juin, un appel à la mobilisation pour les jeunes afin de les aider en temps de crise

Des apprentis cuisiniers
Des apprentis cuisiniers (© © S.Louboutan/Toma/CCIP)
Le gouvernement a lancé, mardi 16 juin, un appel à la mobilisation pour les jeunes afin de les aider en temps de criseLe gouvernement a lancé, mardi 16 juin, un appel à la mobilisation pour les jeunes afin de les aider en temps de crise

Il incite les entreprises a profiter des aides publiques pour recruter vite et en grand nombre des apprentis et des jeunes en contrat "pro". Un défi pour la rentrée qui s'annonce "immense".

Quatre décrets sont parus au Journal Officiel, instituant des primes pour les employeurs recrutant un ou plusieurs de ces jeunes avant le 30 juin 2010.

Sept semaines après le "plan d'urgence", ces décrets indiquent que toute entreprise embauchant un apprenti (avant le 30 juin 2010) sera éxonérée de cotisations sociales, une faveur auparavant réservée aux petites sociétés. Ainsi l'employeur n'aura pas le droit d'embaucher un apprenti sur un poste sur lequel un licenciement économique a vu le jour, six mois avant. Les aides s'applique aux embauches faites depuis le 24 avril, date d'annonce du "plan d'urgence" dont le budget s'élève à 1,3 milliard d'euros (40% sous forme de prime aux employeurs). Le patronnat était très demandeur.

Les 15-25 ans, les premiers touchés par la crise, auraient du bénéficier du retournement démographique et des nombreux départs en retraite. Même les contrats en alternance, très prisés car ils alternent cours à l'école et formation professionnelle et permettent de gagner de l'argent, ont plongé. L'entourage du secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, souligne que les trois premiers mois, septembre, octobre et novembre correspondent à la période où les contrats en alternance sont signés. Il déclare : "On ne veut pas que nos jeunes se retrouvent sur le carreau". Au Pôle emploi, depuis Janvier, un à deux demandeurs d'emploi viennent s'inscrire toutes les minutes.

Venu dans un centre de formation, Martin Hirsh, accompagné de M. Wauquiez, a lancé : "Les mesures sont là, l'argent existe, le financement est organisé, les dispositions juridiques sont d'une simplicité extrême, maintenant il faut y aller !" Un autre de ses souhaits est que "l'ensemble des CFA fassent le plein, que des entreprises, qui avaient des apprentis, puissent en avoir un de plus qui ne va pratiquement rien leur coûter, voire deux ou trois". Selon le Haut commissaire à la jeunesse, "les entreprises qui ont pris des jeunes en stages profitent de la prime de 3000 euros. Oui, qu'elles profitent, si cela profite aux jeunes".

Pour bénéficier de la prime ponctuelle pour l'embauche d'un stagiaire , le contrat doit être un CDI, au moins à mi-temps et signé d'ici le 30 septembre. Le versement des aides est confié à Pôle emploi. Mais les hôtes et les cafés ne pourront cumuler cette manne avec l'aide spécifique au secteur. Les professionnels de ce secteur ont déjà pris des engagements pour embaucher 40 000 jeunes, contre la réduction de la TVA à 5,5%. Une grande somme d'argent sera dédié au logement des jeunes. Martin Hirsch et Laurent Wauquiez ont affirmé "vouloir mettre le paquet là-dessus" dans la négociation des contrats d'objectifs entre l'Etat et les Régions.