Cet article date de plus de neuf ans.

Un nouveau site web dédié à la souffrance au travail

Lancé par la FNATH, l'association des accidentés de la vie, le site vise à informer les salariés qui se sentent mal au travail et à leur donner des clés pour s'en sortir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Christophe Morin Maxppp)

Il suffit de taper "souffrance au travail" dans un moteur de recherche pour se rendre compte à quel point le phénomène est pesant et concernant en France. Le débat dans l'espace public a pris de l'ampleur depuis la vague de suicide chez France Télécom en 2009. Des groupes et des commissions se sont penchés sur le sujet à l'Assemblée nationale et au Sénat. Mais sur la toile les associations tentent aussi de venir en aide aux salariés parfois silencieux. D'apporter des réponses là où les comités d'entreprise et autres réunions d'encadrement du personnel ont échoué.

Le site de la Fnath, l'association des accidentés de la vie, veut permettre aux salariés de mettre fin à leurs angoisses et de témoigner de leur mal-être. Il fournit notamment des informations sur les facteurs de risques de souffrance au travail, sur le harcèlement moral ou encore le stress et prodigue des conseils pour répondre à ces situations. Le secrétaire général de la Fnath Arnaud de Broca explique la démarche : "L'intérêt, c'est qu'on est représentés sur l'ensemble du territoire, qu'on a des juristes sur l'ensemble du territoire, des partenaires médecins du travail ou psychologues, ce qui permet d'apporter une réponse à ces gens ".

73% des Français souffrent de problèmes liés à leur travail

Fatigue, troubles musculo-squelettiques, angoisses, troubles du sommeil ou troubles alimentaires les maux sont nombreux. D'après un sondage réalisé par l'institut Ipsos pour la FNATH, 73% des personnes interrogées disent souffrir souvent ou très souvent d'au moins un des cinq problèmes évoqués. Les catégories socio-professionnelles modestes ont une propension un peu plus forte que les catégories supérieures à souffrir souvent ou très souvent de problèmes liés au travail (74% contre 68%).

Le facteur "crise" fait également son apparition dans la longue liste des maux des salariés, mais 70% des personnes interrogées déclarent qu'elles ne pourraient pas accepter plus de souffrance dans leur vie professionnelle du fait de la crise, 29% pensent au contraire qu'elles pourraient l'être.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.