Cet article date de plus de dix ans.

Un immeuble parisien "réquisitionné" par le Dal et Jeudi Noir

Une soixantaine de militants et de familles sans logement occupent lundi un immeuble du Xe arrondissement parisien désaffecté depuis le 30 décembre. Ils réclament que le bâtiment, "utilisable immédiatement", retrouve un usage de logement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

L'immeuble, situé entre la gare du Nord et la gare de l'Est à Paris, est "vide depuis deux ans", selon le Dal (Droit au logement). ce dernier croit savoir qu'il abritait jusqu'en 2010 la chaîne de bijouterie Histoire d'Or et appartient aujourd'hui à une holding hollandaise. Un immeuble de 2.000 m², "utilisable immédiatement", affirment le Dal et Jeudi Noir qui réclament sa conversion rapide en logements.

Le bâtiment, inoccupé, serait en effet déjà chauffé, équipé de moquettes avec sanitaires et cuisine commune. Les deux organisations ont donc eu tôt fait d'installer lundi dans les locaux une soixantaine de mal-logés ou sans-abri, avec matelas et effets personnels. Mama Touré, 23 ans, est passé avec sa mère et ses huit frères et soeurs d'un T2 en Seine-Saint-Denis à cet espace : "C'est comme si c'était l'Élysée , dit-elle. Je ne peux pas rêver mieux. Il y a de l'eau chaude, une cuisine, une salle de bain, des chambres. Ca me choque parce qu'ils disent qu'il n'y a pas d'immeubles, de murs pour loger des familles. et quand je vois ça, je me dit que c'est des paroles en l'air ". 

Les deux associations entendent aussi y installer leur QG, comme elle l'avait fait de 2006 à 2011 dans un immeuble rue de la Banque à Paris, devenu lieu emblématique de la lutte contre le mal logement.

Le DAL et Jeudi Noir veulent dénoncer la passivité du gouvernement

C'est en tout cas la deuxième occupation lancée par le Dal et Jeudi Noir cette saison. La première avait été organisée la semaine dernière dans une maternité désaffectée du XIIe arrondissement. Les deux organisations veulent ainsi dénoncer la passivité du gouvernement, et réclament l'usage de l'ordonnace de 1945 et le respect du droit à l'hébergement et de la loi Dalo qui connaît quelques ratés depuis sa mise en oeuvre.

Matignon se défend, affirmant qu'une procédure de réquisitionde logements vidées a été lancée avant Noël, mais que celle-ci ne pourra aboutir avant la fin de l'hiver. 

> VIDÉO | Le Dal demande une "accélération" des réquisitions

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.