Cet article date de plus d'onze ans.

Un enseignant a été blessé d'un coup de couteau au ventre mercredi par un élève de 4e du collège Lionel-Terray à Aumetz

"Le pronostic vital n'est pas engagé" pour le professeur de sciences et vie de la terre qui, âgé d'une cinquantaine d'années, a été hospitalisé, a indiqué le rectorat de l'académie Metz-Nancy.L'agression s'est produite alors que l'enseignant avait retenu l'élève, âgé de 14 ans, à la fin de son cours pour un cahier mal tenu.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le collège Lionel Terray à Aumtez (nord de la Moselle) (AFP Photos)

"Le pronostic vital n'est pas engagé" pour le professeur de sciences et vie de la terre qui, âgé d'une cinquantaine d'années, a été hospitalisé, a indiqué le rectorat de l'académie Metz-Nancy.

L'agression s'est produite alors que l'enseignant avait retenu l'élève, âgé de 14 ans, à la fin de son cours pour un cahier mal tenu.

C'est à ce moment que l'adolescent a sorti un couteau et en a porté un coup au ventre de son professeur, a-t-on précisé de même source.

L'adolescent, décrit comme "un élève sans problème", a pris la fuite mais a été rapidement interpellé, prostré dans un champ près de l'établissement. Il a été placé en garde à vue, a-t-on précisé de source judiciaire.

L'enseignement secondaire qui accueille environ 300 élèves est "un collège rural, tranquille et sans histoire. C'est d'autant plus surprenant", a souligé le responsable de la communication du rectorat, Michael Henry.

Dans un communiqué, le ministre de l'Education, Luc Chatel, a condamné "fermement" l'agression et a demandé que soit mise en place une cellule d'écoute psychologique au collège, où les cours ont repris "normalement" dans l'après-midi, selon le rectorat.

Le ministre a rappelé sa "volonté indéfectible de faire reculer la violence en milieu scolaire par la mise en oeuvre de l'ensemble des orientations issues des états généraux de la sécurité à l'école", qui se sont tenus début avril à Paris.

Depuis le début de l'année, plusieurs agressions commises par des élèves sur leurs enseignants ont été enregistrées dans le pays. Début avril à Nanterre (Hauts-de-Seine), une conseillère d'éducation avait été aspergée avec un mélange contenant de l'acide tandis qu'à Blanquefort (Gironde), le proviseur d'un lycée professionnel avait été roué de coups par deux élèves dans son établissement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.