Cet article date de plus de sept ans.

Jean-Marc Ayrault présente les investissements d'avenir

Le Premier ministre a promis mardi une enveloppe de 12 milliards d'euros sur les dix prochaines années.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Tous les trains Intercités vont être renouvelés d'ici 2025, a annoncé Jean-Marc Ayrault mardi 9 juillet 2013. ( MAXPPP)

Douze milliards d'euros. C'est le montant de l'enveloppe que l'Etat consacre aux investissements d'avenir, présentés par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, mardi 9 juillet. "L'investissement public doit être ciblé, réfléchi, rigoureux", a résumé le chef du gouvernement à l'université Jussieu, à Paris. Francetv info vous résume les principaux points de ce programme demandé par François Hollande pour lancer l'an II du quinquennat.

La recherche, la transition verte et l'industrie favorisées

La somme se répartit ainsi : 3,65 milliards pour la recherche et l'université ; 2,3 milliards pour la transition énergétique, la rénovation thermique et la ville de demain ; 1,7 milliard pour "innover pour une industrie durable" ; 1,3 milliard pour l'aéronautique et l'espace ; 600 millions pour l'économie numérique ; 400 millions pour la santé ; 550 millions pour la jeunesse et la formation et la modernisation de l'Etat ; et enfin 1,5 milliard pour l'excellence technologique des industries de défense. 

Six milliards pour la transition énergétique

"La moitié" de ces investissements, soit six milliards d'euros, sera "consacrée" directement ou indirectement "à la transition écologique", a promis Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre a ainsi annoncé la généralisation d'ici à 2020 du compteur électrique intelligent Linky, qui permet notamment des économies d'énergie et des relevés à distance.

Un appel d'offres sera lancé cet été pour installer 3 millions de ces compteurs d'ici à 2016, avant le remplacement de la totalité des 35 millions de compteurs actuels. Le coût de cette généralisation, environ 5 milliards d'euros, devrait être pris en charge par EDF.

Coup de frein sur les LGV, renouvellement des Intercités

Côté transports, le gouvernement a voulu rompre avec la "logique de grands projets pharaoniques sans le début d'un financement". L'objectif est dès lors de concentrer les investissements sur le réseau déjà existant et sur les transports du quotidien. Ainsi, les trains Intercités "seront intégralement renouvelés entre 2015 et 2025", a annoncé Jean-Marc Ayrault. "Entre les TER et les TGV, les trains Intercités doivent impérativement prendre toute leur place", a-t-il ajouté.

L'Etat doit lancer dès cet été une première commande "d'un minimum de 500 millions d'euros pour des trains neufs", a poursuivi Jean-Marc Ayrault. Ensuite, un appel d'offres doit être lancé dès 2015 pour une deuxième tranche d'investissements, prévue à l'horizon 2018-2019, a précisé Matignon. Il doit permettre de renouveler les anciens trains Corail.

En outre, Matignon approuve comme prévu le rapport de la commission Mobilité 21 et choisit de maintenir le début des travaux d'une seule ligne à grande vitesse (LGV) avant 2030 : Bordeaux-Toulouse. Les autres (Bordeaux-Hendaye, Paris-Orléans-Clermont-Lyon, Poitiers-Limoges, seconde phase de la LGV Rhin-Rhône…) sont renvoyées à l'après 2030. Mais "la France ne tourne pas du tout le dos à la grande vitesse", a assuré Jean-Marc Ayrault.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.