Téléthon : "L'AFM permet l'accélération de la médecine", assure la Pr Christelle Monville

Publié
Téléthon : "L'AFM permet l'accélération de la médecine", admet la professeure Christelle Monville, chercheuse à l'I-Stem
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Les essais cliniques, notamment financés par le Téléthon, suscitent l'espoir de nombreuses personnes atteintes de maladies rares. La professeure Christelle Monville, chercheuse à l'I-Stem, était l'invitée du 23h de franceinfo, vendredi 3 décembre.

Des personnes atteintes de maladies rares participent à des essais cliniques dans l'espoir de guérir un jour, mais aussi pour aider la recherche et les générations futures. La professeure Christelle Monville, chercheuse à l'I-Stem, l'institut des cellules souches pour le traitement et l’étude des maladies monogéniques, a suivi, avec d'autres chercheurs, Adrien Maaninou, atteint d'une maladie dégénérative de la vision et qui a bénéficié d'un essai de thérapie cellulaire grâce au Téléthon. "Il y a encore un petit peu de lumière pour Adrien et on espère qu'avec le patch qu'il a reçu, il va pouvoir conserver cette lumière, parce que l'idée, c'est d'arrêter la progression de sa maladie", explique-t-elle sur le plateau du 23h, vendredi 3 décembre.

"L'accélération de la médecine"

Christelle Monville dirige une équipe qui travaille sur les pathologies de la rétine. "On a développé un petit patch à partir de cellules souches, on a fabriqué des cellules de la rétine qu'on a disposées sur une petite membrane (...). C'est un patch qu'on vient mettre sous la rétine", décrit la professeure, précisant que, pour l'instant, "on n'est pas capable de rendre la vue". La mise au point de ce patch a par ailleurs nécessité dix ans de travail. L'équipe a reçu, dès le départ, le soutien de l'AFM Téléthon. "L'AFM permet l'accélération de la médecine, mais il faut continuer, il y a encore des progrès à faire", conclut-elle. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.