Cet article date de plus de sept ans.

SNCM : Marc Dufour n’est plus président du directoire

Le conseil de surveillance de la SNCM n’a pas reconduit Marc Dufour dans ses fonctions ce lundi. Le principal actionnaire, Transdev, voulait le remplacer pour récupérer la gouvernance. Les trois représentants de l’Etat se sont abstenus.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le conseil de surveillance de la SNCM n'a pas reconduit le directoire présidé par Marc Dufour© Reuters/Jean-Paul Pelissier)

L’avenir de la SNCM en question. Ce lundi, le conseil de surveillance, réuni à Marseille, a décidé de ne pas reconduire Marc Dufour à la tête du directoire. Marc Dufour portait un plan de relance à long terme, négocié avec les syndicats mais qui ne plaisait pas à l’actionnaire principal, Transdev.

Ce lundi, Transdev a donc logiquement voté contre la reconduction de Marc Dufour. Les trois représentants de l’Etat se sont abstenus. Le secrétaire d’Etat aux Transports a réagi dans la soirée que cette abstention n'est "ni un vote de défiance ni d'indifférence à l'égard du directoire sortant", mais il souligne qu'"il était important de mettre un terme à la quasi paralysie qui menaçait la société".

A LIRE AUSSI  ►►► SNCM : pas de liquidation en vue, la grève est suspendue

 

Cette décision qui devrait permettre à Transdev, co-entreprise entre la Caisse des dépôts et Veolia, qui détient 66%de la compagnie, de récupérer la gouvernance de l'entreprise qui lui avait été récemment refusée par la justice. "Nous souhaitons permettre à la SNCM de se construire un avenir, qui ne soit ni la liquidation, ni la fuite en avant", a déclaré le PDG de Transdev, Jean-Marc Janaillac. "Nous allons donc désormais pouvoir travailler sereinement dans l'intérêt de la compagnie, de ses salariés et de ses clients.

 

Une nouvelle réunion du conseil de sécurité de surveillance de la SNCM aura lieu le 28 mai.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.