Cet article date de plus d'un an.

Sept questions sur la suppression du timbre rouge annoncée par La Poste

Le timbre rouge, qui permettait d'affranchir un "courrier prioritaire", ne sera plus vendu à partir du 1er janvier 2023. Il pourra néanmoins continuer à être utilisé jusqu'à extinction des stocks en circulation.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Un carnet de timbres rouges, photographié à Nice le 21 juillet 2022. (ROLAND MACRI / HANS LUCAS / AFP)

Le timbre rouge vit ses derniers mois. La Poste va cesser de vendre, à partir du 1er janvier 2023, ce petit bout de papier qui garantissait au "courrier prioritaire" d'être livré le lendemain, a-t-elle annoncé jeudi 21 juillet. En cause, l'évolution des "usages" et "un bilan énergétique très lourd". Franceinfo vous en dit plus sur cette petite révolution.

1Qu'a annoncé La Poste ?

Le groupe public a annoncé qu'il allait revoir au 1er janvier 2023 la gamme des services postaux de base, pour faire des économies et tâcher de suivre l'évolution des usages, face à l'essor des messageries électroniques et des paiements en ligne à la place des chèques envoyés par courrier.

Dans ce cadre, le timbre rouge, qui assurait la distribution du courrier "prioritaire" à J+1 et qui était vendu 1,43 euro, cessera d'être commercialisé à partir du 1er janvier 2023.

2Pourquoi supprimer le timbre rouge ?

"Les volumes de J+1 ont été divisés par 14 depuis 2008", avec actuellement 300 millions d'envois sur les sept milliards de lettres acheminées dans l'année par La Poste (deux fois moins qu'en 2013), a justifié le patron de la branche Service-Courrier-Colis, Philippe Dorge. "Les ménages envoyaient 45 lettres
prioritaires par an en 2010, seulement 5 en 2021", précise le dossier de presse (lien en PDF). Ce qui commence à coûter cher et à peser sur l'environnement, puisque le groupe utilise des avions, camions et camionnettes de moins en moins remplis.

"Les clients ont d'autres attentes aujourd'hui", a insisté Philippe Dorge, dont les services ont interrogé 22 000 clients. "Les moyens numériques, mails, SMS, etc. ont été largement adoptés pour les envois urgents", explique aussi le groupe dans son dossier de presse.

3Par quoi sera-t-il remplacé ?

Le timbre rouge va céder la place à une nouvelle formule hybride, baptisée e-Lettre rouge, dématérialisée, pour l'expédition des envois urgents.

Concrètement, il faudra envoyer un document, jusqu'à trois feuillets, avant 20 heures sur le site laposte.fr ou depuis un bureau de poste via un automate ou avec l'aide d'un conseiller. Le document sera ensuite imprimé par La Poste dans un bureau proche du destinataire, mis sous enveloppe et distribué le lendemain. Ce service coûtera 1,49 euro, contre 1,43 euro pour le timbre rouge actuel. Une hausse que le groupe justifie par le fait que dans la nouvelle formule, "le coût de l'enveloppe et du papier est compris".

4Comment s'assurer de la confidentialité du courrier envoyé numériquement ?

Contacté par franceinfo, Philippe Dorge assure que cet l'impératif de "confidentialité" a été pris en compte par le groupe. "Une machine imprimera le courrier et fera automatiquement la mise sous pli avec pose du timbre dans des locaux sécurisés", promet-il.

Dans les cas où un conseiller serait nécessaire pour les personnes n'ayant pas les moyens ou les connaissances pour lancer la procédure depuis leur domicile, il garantit que "les chargés de clientèle dans les bureaux" seront formés à l'impératif de confidentialité, et qu'ils "se tiendront à distance" du feuillet lorsqu'ils porteront assistance aux expéditeurs. 

5Et pour les personnes ayant du mal à se déplacer ?

"Quid des personnes âgées qui ne peuvent se déplacer et qui profitaient du passage du facteur pour donner leur courrier ?" s'est interrogé l'un de nos internautes dans le direct de franceinfo.fr, après l'annonce de La Poste.

Philippe Dorge explique que le groupe réfléchit à une solution "pour les personnes qui auraient du mal à se déplacer". L'idée est qu'elles puissent appeler un facteur à domicile qui serait équipé d'un outil permettant de faire l'envoi du courrier en ligne à leur place. Mais cette solution est encore à l'étude, et aucune date n'a été annoncée.

En revanche, La Poste proposera dès janvier 2023 une "lettre turquoise services plus" distribuée à J+2, avec des notifications de suivi et une compensation forfaitaire en cas de retard important. Elle sera proposée à partir de 2,95 euros, en fonction du poids – un coût plus élevé que pour la prestation de lettre rouge ou verte, donc. Mais la prise en charge de cette lettre pourra être faite depuis la boîte aux lettres personnelle de l'expéditeur.

6Tous les timbres seront-ils supprimés ?

Non. Le timbre vert, le plus utilisé pour les envois du quotidien, sera toujours vendu, mais le courrier sera distribué à J+3 et non plus à J+2. En revanche, son prix restera inchangé, à 1,16 euro pour les envois jusqu'à 20 grammes. Ce timbre sera aussi proposé l'an prochain sous une forme numérique, avec un code alphanumérique de huit caractères, vendu en ligne au même prix, qu'il suffira de recopier sur l'enveloppe.

En revanche, l'Ecopli – formule la moins chère, peu utilisée, pour un envoi en quatre jours environ à actuellement 1,14 euro  va également disparaître.

7Jusqu'à quand les timbres rouges déjà achetés fonctionneront-ils ?

Les nouvelles gammes de La Poste seront vendues dès le 1er janvier 2023. Mais "tous les produits achetés avant cette date pourront continuer à être utilisés sans limite de date dans les années qui viennent", promet Philippe Dorge.

Pour ceux qui le souhaiteraient, "une possibilité d'échange dans les bureaux de poste de produits de l'ancienne gamme avec ceux de la nouvelle gamme" sera disponible, selon des modalités qui seront dévoilées plus tard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.