Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Sécurité routière : bienvenue chez les "crash test dummies" qui nous sauvent la vie

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Avenue de l'Europe. Crash test dummies
Avenue de l'Europe / France 3

Comment rendre les automobiles moins dangereuses ? Cet extrait d'"Avenue de l'Europe" vous invite à visiter un laboratoire à "dummies", les mannequins-tests qui font don de leur personne pour nous éviter le pire.

Comment rendre les véhicules moins dangereux ? C’est l’objectif numéro 1 des constructeurs automobiles outre-Rhin. Chez Daimler, 60 000 personnes travaillent à la recherche et au développement. Un bâtiment ultramoderne est dédié aux crash tests. Cet extrait d'"Avenue de l'Europe" vous invite à visiter le laboratoire à "dummies", les mannequins-tests qui font don de leur personne pour nous éviter le pire.

Voici H3, adulte standard. Il est spécialiste des chocs frontaux (d'autres sont réservés aux chocs latéraux ou arrière). A ses côtés, un modèle de nouvelle génération, parfaitement articulé et relativement souple. Dit "biofidèle", il est surnommé Thor. Matthias Struck, ingénieur chez Daimler, présente "[s]es amis les dummies". Il en existe de toutes tailles – il y a même des bébés.

En voiture les "dummies"...

Dans quelques heures, quatre membres de cette grande famille vont subir un terrible accident. Mais avant, ils vont passer par la calibration : le réglage précis de leur sensibilité – traduisez : ils vont encaisser une série de chocs, localisés au thorax, à la tête… Et enfin, en voiture ! La berline avec ses quatre occupants est catapultée à 64 km/h contre un obstacle fixe. Le choc est effroyable. Bilan : pas de blessés, et un habitacle intact. Un résultat inimaginable il y a quelques années.

Extrait de "Les constructeurs allemands pied au plancher", un reportage diffusé dans "Avenue de l'Europe" le 6 juin 2018.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.