Sécurité routière : la vitesse bientôt limitée à 80 au lieu de 90 km/h ?

Le gouvernement semble déterminer à abaisser la vitesse sur les routes nationales et départementales à 80 km/h. Pour cause, depuis trois ans, le nombre de morts sur les routes est reparti à la hausse.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Voilà le panneau qui sera peut-être d'ici quelques mois sur le bord de nos routes. 10 km/h de moins sur la plupart des routes nationales et départementales pour les rendre moins dangereuses. La mesure laisse les automobilistes perplexes. En France, ce sont les départementales et les nationales qui enregistrent le plus grand nombre d'accidents. En 2016, 2 188 personnes y ont perdu la vie. Les associations de sécurité routière militent depuis longtemps pour cet abaissement de la vitesse. "Si on baisse de 1% la vitesse, ça fait baisser de 1% le nombre d'accidents, de 2% le nombre de blessés et de 4% le nombre de tués, explique Anne Lavaud, de l'association Prévention Routière. Donc ça veut dire que cette mesure pourrait avoir un impact de moins 400 tués sur la route en France."

Les associations d'automobilistes dénoncent un intérêt financier pour l'État

L'expérience de la limitation à 80 km/h a déjà a été menée sur trois tronçons en France. Deux ans de test sur 100 kilomètres, et à ce jour aucun bilan officiel. Mais déjà, l'association 40 Millions d'automobilistes se mobilise et vient de lancer une pétition contre cette mesure qui, selon elle, n'a qu'un objectif financier. "Ils ont juste trouvé la recette pour faire jackpot, entre d'un côté la privatisation des radars et de l'autre côté la baisse des vitesses", déplore Pierre Chasseray, membre de l'association. "C'est un cocktail qui devrait marcher pour les recettes de l'État". Pour l'instant, rien n'est encore fait. Le gouvernement devrait trancher le mois prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau de limitation de vitesse sur une route de Loire-Atlantique, le 25 mars 2013.
Un panneau de limitation de vitesse sur une route de Loire-Atlantique, le 25 mars 2013. (ALAIN LE BOT / AFP)