Sécurité : le casse-tête des ponts à risque

Il y a trois mois, le pont de Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne) cédait sous le passage d'un camion et d'automobilistes. Deux personnes sont mortes, entraînées par les eaux de la rivière. Le drame a poussé plusieurs communes à vérifier la sécurité de leurs ponts.

FRANCE 2

Le pont de Rosselmont (Moselle) est l'un des ponts les plus vétustes de France. Il figure parmi les plus dangereux du pays, ce qui crée une appréhension chez les automobilistes qui l'empruntent. La structure qui date de l'époque de l'exploitation minière présente des signes inquiétants de faiblesse. Son tonnage a d'ailleurs été limité au moins de 3,5 tonnes. Un demi-million d'euros serait nécessaire pour le rénover à la charge entière de la commune, un dossier sensible sur lequel le maire n'a pas voulu s'exprimer.

Les travaux ont coûté 13 millions d'euros

À 50 km de là en Moselle, le pont de Rapilly a, lui, connu une rénovation complète. En 2014, ce pont suspendu a été totalement détruit, et remplacé par un nouvel ouvrage. C'était une reconstruction indispensable, car l'ancien pont risquait de voir ses câbles lâcher. Les travaux ont coûté 13 millions d'euros entièrement à la charge du département.

Le JT
Les autres sujets du JT
Sécurité : le casse-tête des ponts à risque
Sécurité : le casse-tête des ponts à risque (FRANCE 2)