Radars embarqués privés : le nouveau dispositif est-il un échec ?

Il y un an, les radars embarqués avec chauffeur dans une voiture étaient présentés comme une révolution en matière de sécurité routière. Le dispositif actuellement testé en Normandie n'aurait pas fait ses preuves.

FRANCE 2

Un conducteur, une voiture banalisée bardée de technologie, et surtout une société privée à la manœuvre. Depuis un an, le procédé est expérimenté en Normandie, avec un faible rendement notamment dans la Manche. Selon le préfet du département, 1760 infractions relevées en 6 mois. Les représentants affirment que ce résultat est tout à fait normal. Jusqu'à présent, les radars embarqués étaient gérés par des policiers et des gendarmes, deux par voiture. Mais dans la version expérimentale, un seul chauffeur et deux outils : un radar pour contrôler les véhicules et un autre pour scanner les panneaux de signalisation. Cette nouveauté technique serait à l'origine du moindre rendement pour ces équipements.

Le dispositif bientôt généralisé à toute la France ?

Pour Daniel Quéro, président de l'association 40 Millions d'automobilistes, cette technologie ne fonctionne pas. "Est-ce que ça ne vaudrait pas le coup d'investir dans une police de sécurité routière avec un rôle pédagogique et un rôle dissuasif, de prévention ?", demande-t-il. Officiellement, ce dispositif doit être généralisé à toute la France. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un système de radar embarqué présenté à Evreux (Eure), le 24 février 2017.
Un système de radar embarqué présenté à Evreux (Eure), le 24 février 2017. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)